ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Libération du citoyen kidnappé en Kabylie

 
Le citoyen victime de kidnapping à Fréha en Kabylie a été libéré après la mobilisation de la poplation locale.
mardi 13 juillet 2010.

La mobilisation citoyenne qui s’est manifestée pour la troisième fois en Kabylie et a permis la libération du jeune entrepreneur de Fréha pourra-t-elle, à elle seule, mettre un terme à un business lucratif pour les ravisseurs qui ont ainsi trouvé un moyen rapide et sans risque de s’enrichir ? Le rapt de I. Lounès sera-t-il le dernier de cette longue liste des kidnappings qui ont pris tous les contours d’une série noire ? « Inauguré » en 2006, le phénomène des rapts en série dépasse la soixantaine pour la seule wilaya de Tizi-Ouzou, selon le décompte établi par les journaux. Attribués aux groupes islamistes activant en Kabylie, les kidnappings sont devenus un business lucratif pour ces derniers. Une enquête effectuée dans la région de Boumerdès, et rendue publique il y a quelques mois par le quotidien Liberté, a établi que l’enrichissement soudain et apparent de certaines familles de Boumerdès est lié à l’activité terroriste de certains de leurs membres, dont l’argent issu du racket puis du kidnapping est blanchi dans le foncier ou le commerce.

Pour les terroristes, le kidnapping constitue un mode opératoire moins risqué pour extorquer des fonds afin de financer les maquis ou, tout simplement, de s’enrichir. En effet, il est plus aisé pour les terroristes de s’en prendre à un commerçant ou un entrepreneur et demander des sommes d’argent qui se chiffrent à des centaines de millions aux parents de l’otage que d’organiser des attaques à main armée contre des bureaux de poste ou des banques. Des opérations devenues risquées et rapportant moins en termes de butin, en raison des mesures sécuritaires et organisationnelles prises par les pouvoirs publics pour prévenir ce genre de crime, observé depuis le début de la décennie en cours. Etant rarement élucidés et leurs auteurs restant souvent non identifiés et impunis, les kidnappings ont fini par attirer d’autres adeptes, qui se recrutent dans le milieu du banditisme, dont la collusion crapuleuse avec le terrorisme n’est pas à écarter. Mais ce qui inquiète le plus, c’est la récurrence de ces crimes qui restent souvent impunis ou non élucidés.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après Le Soir d’Algérie