ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie rappelle que le Sahel n’est pas le Darfour

 
L’Algérie a rejeté l’idée d’une conférence régionale sur le Sahel parrainée par la France et soutenue à bras-le-corps par le Mali et la Mauritanie.
dimanche 26 septembre 2010.

L'Algérie rappelle que le Sahel n'est pas le Darfour. Selon le responsable de l’Observatoire international sur le terrorisme qui s’exprimait vendredi dernier sur la chaîne française TV5 Monde, la France prépare actuellement une conférence régionale portant sur la lutte contre AQMI et le renforcement des dispositifs sécuritaires dans la région du Sahel. Cette rencontre devrait intervenir dans les prochaines semaines. La France se contentera de superviser la réunion et de coordonner les efforts avant sa tenue. Les responsables des renseignements français ont indiqué, à plusieurs reprises, que, même si les relations politiques entre la France et l’Algérie restent « tendues », la collaboration sécuritaire entre services est « exemplaire », allant jusqu’à dire que « les services algériens ont permis des années durant de sauver des centaines de vies françaises ». Les motifs avancés par l’Algérie pour justifier son refus sont que cette réunion devrait se tenir sous l’égide des pays sahélo-sahariens et non sous les auspices d’un pays tiers et étranger à la région de surcroît, a indiqué cette source. Cette dernière a aussi révélé que la première réunion sur la sécurité du Sahel, qui devait regrouper l’année dernière les chefs d’Etat de l’Algérie, du Mali, du Niger, de la Mauritanie et du Tchad, a été reportée en raison de « divergences d’approches ».

Le Mali, l’un des bastions de l’AQMI, a subordonné cette rencontre à une question sur le développement économique de la région. Le président malien Amadou Toumani Touré l’a d’ailleurs réitéré lors de sa dernière sortie médiatique sur la chaîne française TV5 Monde : « Nous, nous souscrivons entièrement à cette idée (rencontre des chefs d’Etat du Sahel). Mais nous voulons aussi que cette rencontre soit l’occasion pour nos partenaires d’ajouter la question du développement de la région. Il ne suffit pas de se focaliser entièrement sur le tout-sécuritaire », avait répondu aux journalistes le chef d’Etat malien. Pourtant, l’Algérie n’a eu de cesse d’appeler à l’aide de la communauté internationale dans le cadre du renforcement des capacités de lutte contre le terrorisme en matière de soutien logistique et d’information, mais également des investissements pour le développement local. Ces mesures ont d’ailleurs fait l’objet d’un sommet des ministres des Affaires étrangères de sept pays du Sahel à Alger, au mois de mars dernier, suivi d’un autre regroupant les chefs d’états-majors de leurs armées, les patrons des renseignements et enfin l’installation d’un centre de coordination entre ces derniers à Tamanrasset, devant assurer l’intervention sur le terrain.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant