ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les universités algériennes demeurent en retard

 
Le gouvernement doit investir massivement dans le savoir en Algérie pour permettre aux universités algériennes de devenir de classe mondiale.
dimanche 3 octobre 2010.

Les universités algériennes demeurent en retard. Le directeur de la formation supérieure en post-graduation au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mustapha Haouchine, a indiqué que tous les établissements universitaires seront soumis, à partir de la rentrée universitaire 2010-2011, à une évaluation répondant à des normes internationales pour garantir la « qualité des enseignements ». M. Haouchine a précisé, à ce propos, que cette opération d’évaluation est composée de deux étapes interne et externe. Cette évaluation comprend notamment, a ajouté M. Haouchine, le taux de réussite, la moyenne des années que passe l’étudiant dans son établissement avant l’obtention de son diplôme et la qualité des stages réalisés durant son cursus universitaire.

Ce responsable a indiqué que son ministère essaye d’imposer et d’inculquer « la politique et la culture d’évaluation » au sein des établissements universitaires pour les obliger à mettre en évidence la qualité des enseignements et pousser l’étudiant à fournir plus d’efforts dans ses études et ses recherches. Cette opération permettra de créer une sorte de concurrence permettant à ces universités ou ces écoles supérieures de se faire un nom. Il a expliqué que cette stratégie d’évaluation vise aussi à transformer les établissements universitaires en stock d’élites et d’énergies qui vont être formés conformément aux besoins du marché du travail, à travers la professionnalisation des enseignements. Les établissements universitaires sont ainsi appelés à établir des contrats avec des entreprises économiques. L’objectif étant de former des diplômés qui seront directement opérationnels.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après le Jour d’Algérie