ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie ne pourra pas survivre sans le FLN selon Belkhadem

 
Le secrétaire général du FLN Abdelaziz Belkhadem a encore déliré cette semaine en suggérant que la survie de l’Algérie est liée à celle du FLN.
mardi 30 novembre 2010.

L'Algérie ne pourra pas survivre sans le FLN selon Belkhadem. Abdelaziz Belkhadem lie le sort de l’Algérie à celui du FLN, le parti qui a failli ruiner l’Algérie. S’adressant hier aux nouveaux redresseurs, le secrétaire général du vieux parti a déclaré qu’« affaiblir le FLN, c’est affaiblir l’Algérie ». S’exprimant lors d’une rencontre d’évaluation de l’opération de renouvellement des instances du parti, Abdelaziz Belkhadem a répondu à ses détracteurs, sans les citer nommément. Il a déclaré que la « valeur d’un militant est dans sa conviction et non dans le poste qu’il occupe ». Le FLN n’est pas un parti de clans et est dépositaire de la déclaration du 1er Novembre, ajoute le SG du Front de libération nationale. Rappelant que le FLN n’est pas à sa première crise, la situation qu’il traverse actuellement peut être réglée dans le cadre des structures du parti.

Ainsi, il lancera un appel à ses détracteurs de venir exprimer leurs doléances et récriminations au niveau du comité central et d’arrêter de nourrir les « rumeurs » qui ne sont bénéfiques ni aux militants ni au parti. Belkhadem fera la rétrospective sur la crise qu’a traversée le parti en 1988 et ses conséquences sur le pays entier. Quant aux causes du mouvement de redressement chapeauté par des cadres et dirigeants du parti, l’orateur dira que la grogne a commencé après l’installation du bureau politique issu du 9e congrès. Pourtant, soutient-il, une concertation ayant duré plus d’un mois a été engagée avant de procéder à la désignation des membres de cette instance. Abdelaziz Belkhadem a cependant expliqué que quelle que soit la composante du bureau politique, on ne peut pas éviter la colère des militants. Ainsi, il réitèrera sa conviction que les différends que connaît sa formation sont « un signe de bonne santé » dû à la course des militants aux postes de responsabilité. Précisant toutefois que « toute action visant à fragiliser le parti est inadmissible ». Voila comment le FLN qui a ruiné l’Algérie se pose désormais en pillier indispensable pour la stabilité du pays.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après Le Jour d’Algérie