ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie est assise sur un volcan

 
L’Algérie est assise sur un volcan selon un commentaire de l’ambassadeur des Etats-Unis en Algérie révélé par Wikileaks.
lundi 24 janvier 2011.

L'Algérie est assise sur un volcan. Selon un câble diplomatique révélé par Wikileaks, l’ambassadeur des Etats-Unis en Algérie, David D. Pearce, affirme avoir conseillé aux membres de la délégation délégation de l’ONU de tenir secret le contenu du rapport sur leur mission en Algérie à l’occasion de l’élection présidentielle de 2009. Selon lui, la publication de leurs « observations » pourrait être « contreproductive ». « Abdool Rahman nous a précisé que son équipe rédigera un rapport qu’elle remettra au secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-Moon. Ce rapport mettrait en évidence les problèmes auxquels ils ont été confrontés ainsi que les aspects positifs de l’élection. Nous avons conseillé à l’équipe de l’ONU de ne pas faire de critique publique car cela s’avérerait contre-productif. Le gouvernement (algérien) prendrait en considération les commentaires formulés dans un cadre privé, même si les critiques ne sont pas les bienvenues.

Abdool Rahman a suggéré que le représentant des Etats-Unis à l’ONU pourrait obtenir une copie du rapport de la mission en prenant attache directement avec le Bureau du secrétaire général des Nations unies. » L’Algérie sur un « volcan » En guise de conclusion, David D. Pearce s’interroge sur la manière avec laquelle le gouvernement algérien comptait « légitimer » un tel taux de participation. Le diplomate, qui reprend un commentaire d’un des membres de la mission de l’ONU, estime que « l’Algérie est assise sur un volcan ». En fait, Pearce ne fait que confirmer le constat établi en 2007 par son prédécesseur, Robert Ford, dans un autre câble diplomatique rendu public hier par WikiLeaks. « Les discussions récentes avec d’anciens responsables gouvernementaux, des leaders de l’opposition et des journalistes présentent un régime plus fragile que jamais. Un régime en proie à un manque de vision, à une corruption sans précédent et à une division au sein de la hiérarchie militaire », écrivait alors Robert Ford.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Soir d’Algérie