ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les émeutes s’installent à Akbou

 
Les affrontements entre plusieurs dizaines de manifestants et les forces de l’ordre ont repris hier au milieu de l’après-midi à Akbou pour la quatrième journée.
mercredi 16 février 2011.

Les émeutes s'installent à Akbou. Une foule nombreuse a assiégé le commissariat de la ville d’Akbou vers 15 h. Aux jets de pierres et autres cocktails Molotov des insurgés, les forces antiémeutes ont riposté par des tirs de gaz lacrymogènes pour disperser la foule. La veille, vers les coups de minuit, des notables de la ville d’Akbou sont intervenus pour réclamer la libération des détenus arrêtés au cours des violences ayant secoué la ville depuis samedi dernier. Cinq détenus – quatre mineurs et un adulte — ont été relâchés suite à l’intervention des sages de la localité, selon notre source qui précise que cinq autres personnes demeureraient toujours arrêtées par les policiers dans la journée d’hier mardi.

Pour rappel, dans la même journée de lundi, les forces de l’ordre sont intervenus pour déloger les squatteurs de quelques 500 logements nouvellement construits à Akbou. Il ne restait dans la journée d’hier mardi qu’une trentaine de logements indûment occupés, selon notre source. Un délai d’une heure a été signifié vers 17 h aux indus occupants de ces logements situés à proximité du commissariat par les autorités locales et les forces de l’ordre pour leur évacuation, a-t-on appris localement. Dans la matinée de mardi, un appel au calme a été lancé par les habitants du centre-ville d’Akbou au cours d’une réunion tenue par ces derniers au centre culturel d’Akbou. Les initiateurs de cet appel ont exhorté la société civile d’Akbou à s’impliquer pour tenter de ramener le calme dans leur ville. Une autre réunion s’est tenue au siège de la daïra d’Akbou pour arrêter la liste des bénéficiaires de 495 logements. Notre source parle de plus de 8 000 demandes qui ont été formulées par des citoyens de la région pour obtenir enfin un logement décent.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après le Soir d’Algérie