ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La frontière entre l’Algérie et la Libye sous haute surveillance

 
Plusieurs milliers de gendarmes ont été mobilisés pour la surveillance de la frontière entre l’Algérie et la Libye pour prévenir le transit d’armes.
jeudi 3 mars 2011.

La frontière entre l'Algérie et la Libye sous surveillance. Cinq mille garde-frontières (GGF) sont déjà mobilisés à la frontière entre l’Algérie et la Libye, sur instruction du Commandement national de la Gendarmerie nationale, selon une source généralement bien informée. Ces milliers de GGF envoyés dans cette bande frontière avec la Libye sont en mission très spéciale, à savoir sécuriser le périmètre frontalier avec le voisin libyen. L’objectif de cette grande mobilisation est de protéger le territoire du pays d’une éventuelle infiltration d’armes automatiques venant de Libye au profit des groupes terroristes armés d’Al Qaïda au Maghreb islamique, d’autant plus que des milliers d’armes ont été volées des dépôts en Libye, suite à l’insurrection civile qui s’est produite depuis plus d’une semaine dans ce pays.

L’alerte est maximale dans cette partie de nos frontières, d’autant que le risque est, cette fois-ci, majeur. Selon notre source, des contacts ont eu lieu entre les terroristes d’Al Qaïda au Maghreb avec des parties opposantes libyennes afin de vendre des armes automatiques et des RPG7 aux salafistes djihadistes de cette branche d’Al Qaïda mère. Devant cette menace très sérieuse, les services de sécurité algériens sont très bien informés sur cette éventuelle transition d’armes automatiques. Pour cette raison et pour d’autres, un renfort de taille a été mobilisé au niveau de la frontière de l’Algérie avec la Libye. Un déploiement sans précédent des GGF qui, sans aucun doute, permettra un échec à cette tentative de passage d’armes lourdes.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jour d’Algérie