ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie célèbre la 100ème journée internationale de la femme

 
L'Algérie célèbre la journée internationale de la femme. L’Algérie a célébré hier le centenaire de la journée internationale de la femme avec l’oganisation de plusieurs événements culturels à travers le pays.
mercredi 9 mars 2011.

La femme algérienne a réussi au fil des ans à s’imposer à tous les échelons de la vie professionnelle en se frayant avec panache un chemin vers tous les corps de métiers dont ceux réputés exclusivement réservés aux hommes. Elle exerce, partout à travers les regions d’Algérie, différentes fonctions avec compétence et savoir-faire, en surmontant les préjugés. Un grand nombre d’experts soutiennent que les droits sociopolitiques de la femme en Algérie ont connu ces dernières années une avancée considérable, qui lui confère une stature « privilégiée » en comparaison avec d’autres pays. La fondation américaine Freedom House révèle dans une récente étude que des progrès considérables ont ainsi été enregistrés tant en ce qui concerne les droits politiques, qu’économiques et sociaux des femmes en Algérie. Pour une large part, cette appréciation découle de faits concrets, en rapport direct avec les mécanismes mis en oeuvre par les pouvoirs publics pour promouvoir l’intégration et la promotion de la femme dans tous les secteurs d’activité en Algérie.

Le président Abdelaziz Bouteflika avait soutenu lors de la célébration de la Journée de la femme, le 8 mars 2010 que « nul ne saurait nier les programmes nationaux initiés par l’Algérie et les décisions prises à l’effet de promouvoir l’égalité des chances entre tous ses enfants, hommes et femmes, depuis le recouvrement de la souveraineté nationale ». Le chef de l’État, en outre, avait souligné dans un message adressé aux Algériennes « le principe d’égalité consacré dans toutes les lois auxquelles sont introduits, chaque fois que nécessaire, des amendements adaptés aux mutations en Algérie et dans le monde, sans renoncer à nos valeurs civilisationnelles et nationales ». En termes chiffrés, il est vrai que les développements enregistrés en Algérie en matière de protection et de promotion des droits de la femme sont appréciables. D’ailleurs, si la femme algérienne occupe aujourd’hui de hautes fonctions de l’Etat, notamment ministre, ambassadrice, parlementaire, chef d’entreprise, il y a lieu de relever une volonté politique exprimée à travers de nouvelles dispositions constitutionnelles relatives, entre autres, à l’élargissement de la participation des femmes au niveau des assemblées élues, dont l’augmentation du pourcentage des femmes au Conseil de la Nation. Selon les statistiques 2008-2009 fournies par le commissariat général à la planification et à la prospective, la fonction publique emploie 50 % de femmes, la magistrature 40 %, la médecine 60 % et l’enseignement plus de 50%. Il n’en demeure pas moins, au delà de ces données, que de gros efforts doivent être entrepris pour favoriser encore davantage l’accès des femmes au monde du travail.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Courrier d’Algérie