ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les partis politique exigent des réformes en Algérie

 
Plusieurs partis politiques appellent le président Bouteflika à lancer des réformes démocratiques profondes en Algérie.
mardi 29 mars 2011.

Les partis politique exigent des réformes en Algérie. La grogne sociale en Algérie et les soulèvements dans les pays arabes inspirent la classe politique. Formations politiques et personnalités multiplient les scénarios de sortie de crise. Ils ne sont pas toujours d’accord sur le fond. Ils réclament tous un changement mais divergent sur la manière d’y arriver. Il ne se passe pratiquement plus un jour sans qu’une proposition soit formulée pour tenter de sortir d’un statu quo qui paraissait jusque-là inéluctable. Les adeptes d’un changement radical et ceux qui militent pour de simples retouches ne favorisent pas la même démarche. Pourtant, des similitudes peuvent exister. C’est le cas pour la question de l’assemblée constituante qui met d’accord le Front des forces socialistes et le Parti des travailleurs. Les leaders des deux partis estiment que seul un retour à cette assemblée pourrait être salvateur pour l’Algérie. La revendication n’a rien de conjoncturelle. Aït Ahmed et Louisa Hanoune en font la proposition depuis longtemps. La numéro un du PT estime que la dissolution de l’actuelle Assemblée est un préalable qui sera suivi par l’installation d’une assemblée constituante représentative qui aura la tâche de rédiger une Constitution faisant le plus large consensus populaire.

L’idée rejoint beaucoup celle du FFS. Son président s’est adressé deux fois en un court laps de temps aux Algériens. Il appelle à une réorganisation de la société « du collectif de quartier au mouvement syndical, de l’association écologique au mouvement d’étudiants et du mouvement des femmes pour leurs droits à celui des lycéens, des chômeurs, de l’organisation autonome des cadres, des intellectuels, des universitaires à l’organisation sérieuse des entrepreneurs et de toutes les corporations ». Une étape nécessaire avant ce qu’il qualifie de « refondation institutionnelle, qui remette les droits des citoyens, leur sécurité et leur développement ainsi que ceux de l’Algérie au cœur d’une Constitution digne de ce nom, parce qu’enfin issue d’une assemblée constituante librement élue par des Algériens libres ». Des propositions qui n’ont pas du tout été du goût du Rassemblement national démocratique (RND) et du Front de libération nationale (FLN) qui ont catégoriquement rejeté cette éventualité estimant qu’une telle option reviendrait à « effacer tout ce qui a été entrepris depuis l’indépendance ». La Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) a pour sa part élaboré des propositions qui se rapprochent de celles du PT et du FFS. Elle plaide pour la tenue d’un conseil national de transition démocratique qui aura pour tâches principales, la dissolution de toutes les institutions élues, la nomination d’un gouvernement de transition et la rédaction d’une Constitution qui sera au préalable soumise à l’approbation populaire par voie référendaire.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Soir d’Algérie