ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Bouteflika promet des réformes en Algérie

 
Le président Bouteflika a promis des réformes en Algérie mais l’opposition doute de sa capacité à concrétiser les attentes de millions d’Algériens.
mardi 19 avril 2011.

Après plus de trois mois de tumulte social et politique en Algérie, le Président Abdelaziz Bouteflika s’est adressé à la nation, le vendredi 15 avril, pour présenter de vastes réformes politiques. Les propositions du Président portent sur des amendements constitutionnels, des mesures de lutte contre la corruption et des changements à apporter à la législation sur les partis politiques, les élections et les associations. Il a également promis des modifications du code de la presse, qui permettront de supprimer les délits à caractère pénal envers les journalistes. "Toutes les mesures seront adoptées pour assurer des élections libres et justes, sous la supervision d’observateurs internationaux", a déclaré Bouteflika dans son allocution télévisée.

Défendant son bilan, le Président a rappelé qu’il avait passé les dix dernières années à restaurer la sécurité, avant de s’attacher à présenter les récentes initiatives de développement économique, notamment de nouvelles subventions en matière de logement et de produits alimentaires. Mais le Président a reconnu que tout n’allait pas dans la bonne direction. Il s’est montré particulièrement critique à l’égard de la corruption, des privilèges indus, de la bureaucratie, et de la crise continue du logement et de l’emploi. A cet égard, il a promis un large débat au niveau local cette année, destiné à améliorer la gestion des affaires locales. Une commission composée des partis influents et d’experts du droit travaillera sur les réformes constitutionnelles avant de proposer une nouvelle loi, soit par voie parlementaire, soit par voie référendaire, a expliqué le Président.

Parlant des appels au changement de régime qui fleurissent depuis le début du "Printemps arabe", Bouteflika a déclaré que " nul n’a le droit de réinstaller, d’une façon ou d’une autre, la peur dans les familles algériennes, inquiètes pour la sécurité de leurs enfants ou de leurs biens, ou plus grave encore, l’inquiétude de toute la nation sur l’avenir de l’Algérie, son unité, son indépendance et sa souveraineté nationale". Les annonces faites par le Président Bouteflika ont suscité de larges réactions, au premier rang desquelles le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), qui a qualifié ce discours de "pathétique et dangereux". "Les réformes annoncées par le Président ne sont qu’un habillage", a déclaré le RCD. "La révision de la constitution se contentera d’emprunter les mêmes voies que les précédentes." Ce parti de l’opposition a ajouté que ce discours avait "le mérite de mettre fin à toute forme de spéculation quant au potentiel de réformes pouvant survenir de l’intérieur-même du système".

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après Magharebia