ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Mehri et Zenati plaident pour un changement radical en Algérie

 
L’urgence d’un changement politique en Algérie était au centre d’un débat animé par Abdelhamid Mehri, Djamel Zenati et Abdelaziz Rahabi.
dimanche 24 avril 2011.

Mehri et Zenati plaident pour un changement radical en Algérie. C’était vendredi dernier à la salle Cosmos de Riadh El-Feth (Alger) dans le cadre des rencontres qu’organise tous les quinze jours le journal El Watan. La salle Cosmos s’est avérée très exiguë pour contenir l’assistance venue nombreuse écouter et suivre attentivement les communications du trio composant le plateau royal, choisi par les organisateurs pour débattre du thème « Quel changement pour quelle Algérie ? » A ce titre, respectivement l’ex-secrétaire général du FLN, Abdelhamid Mehri, le militant politique et ex- député du FFS, Djamel Zenati et l’ex-ministre de la Communication, Abdelaziz Rahabi ont, durant plus de quatre heures, permis à l’assistance de renouer avec les grands débats politiques. Ainsi, le premier à intervenir, M. Abdelaziz Rahabi a plaidé pour « une véritable ouverture politique ».

Cette ouverture passe, aux yeux de l’ex- ministre de la Communication, par la « libération du champ audiovisuel en Algérie » et le « libre exercice de la chose politique ». Le second à intervenir, en l’occurrence M. Abdelhamid Mehri, a indiqué que « le changement est une tâche qui demande de l’abnégation, qui demande de l’engagement et qui demande que cette action s’inscrive dans la durée ». Selon lui, « la classe politique, les faiseurs d’opinion, l’élite de ce pays ne peuvent pas attendre de recevoir le feu vert pour qu’ils se réunissent et mettent en place les instruments de ce changement. C’est la conjonction de toutes ces actions vers les responsables en place, vers la société, vers l’élite de ce pays. C’est avec la conjonction des efforts de ces trois parties que l’on peut enfin aboutir à un changement en Algérie ».

En homme politique averti, Abdelhamid Mehri, qui a rappelé en la circonstance la lettre adressée récemment au président de la République, considère que « le changement demandé, c’est réellement un changement démocratique. Un régime réellement démocratique. Un point à la ligne. Un changement consensuel ». « C’est maintenant que l’on doit préparer. Il ne suffit pas de dire : il faut que le régime parte, après nous verrons. C’est maintenant que l’on doit préparer. La relève. C’est maintenant qu’on doit préparer le changement. Un changement dynamique qui va démarrer de plusieurs pôles et qui aboutira le jour des conjonctions de toutes les forces. La réponse que pose le thème de ce débat. Quel changement pour l’Algérie ? Une Algérie démocratique, une Algérie authentique. Une Algérie consensuelle au changement », a-t-il soutenu.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après le Soir d’Algérie