ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie relève les quotas de femmes candidates

 
La prochaine génération d’instances élues en Algérie comportera plus de femmes qu’auparavant.
mercredi 14 septembre 2011.

L'Algérie relève les quotas de femmes candidates. Une nouvelle loi, qui instaure un quota de candidates, entrera en application lors des élections législatives de 2012 en Algérie. Dès à présent, toute liste de candidats aux élections législatives, aux élections aux assemblées populaires de wilaya et aux élections aux assemblées populaires communales devra comporter un tiers de femmes. Le non-respect de cette règle entraînera le rejet de la liste. Cette loi, adoptée par le conseil des ministres le 28 août, stipule également que tout responsable élu qui n’achèvera pas son mandat sera remplacé par un candidat du même sexe issu de la liste présentée lors du scrutin original. Pour inciter les partis politiques en Algérie à donner de plus grandes chances aux femmes, l’Etat a promis une aide financière aux partis, fondée sur le nombre de femmes élues aux différentes assemblées. Cette mesure a suscité de nombreuses réactions, dont certaines sont négatives.

Le Parti des travailleurs fait parti de ceux qui mettent en doute le système des quotas. Selon la députée Bousemaha Haouariya, "les listes des partis doivent comprendre le même nombre d’hommes et de femmes". "La compétence reste le premier critère lors du choix des meilleurs représentants du peuple au niveau des assemblées élues, abstraction faite du sexe", a-t-elle déclaré à l’ouverture de la session d’automne du parlement, le 4 septembre. Mme Haouariya n’est pas la seule à formuler des critiques. Le secrétaire général du Front national algérien (FNA) s’est également déclaré opposé au système des quotas, le qualifiant "d’anticonstitutionnel". Moussa Touati a expliqué que "la constitution dans son article 31a ne parle pas du tout du système des quotas", une référence à la disposition constitutionnelle qui oblige l’Etat à promouvoir la place des femmes dans les instances élues.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après Magharebia