ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie et le Maroc démantèlent une cellule de blanchiment d’argent

 
La coopération entre les services de renseignements de l’Algérie, du Maroc et de la Mauritanie à permis de mettre un terme à un projet transnational de transactions financières illicites.
mardi 3 janvier 2012.

L'Algérie et le Maroc démantèlent une cellule de blanchiment d'argent. Les agences de sécurité marocaine, algérienne et mauritanienne ont démantelé un réseau majeur de blanchiment d’argent impliqué dans le trafic de stupéfiants. Les échanges d’informations entre les trois pays ont permis de démasquer onze entreprises soupçonnées de servir de façade à des narcotrafiquants, a rapporté As-Sabah le 15 décembre. L’Algérie a renvoyé, le 7 décembre, trois accusés devant les tribunaux pour avoir aidé à blanchir par le biais d’entreprises la somme de 100 milliards de centimes et de huit millions d’euros en espèces, selon le quotidien marocain. Une quatrième personne, impliquée dans la même affaire, fait encore l’objet d’une enquête. Parmi les entreprises impliquées figure une société d’import-export située à Ghardaia, en Algérie. Des enquêtes et un audit de ses comptes ont révélé des relations commerciales avec des entreprises marocaines et mauritaniennes. Une autre a fait parvenir des VUS à des narcotrafiquants, localisés à Hassi Messaoud et à In Amenas, bien que spécialisée à l’origine dans la location de matériel, selon le journal algérien El Khabar.

Les entreprises impliquées dans le blanchiment d’argent "travaillent souvent dans des secteurs très éloignés de leur source de financement", selon l’analyste financier et comptable Mohamed Ould Mubarak. "Il n’y a aucun doute sur le fait qu’il y a plusieurs entreprises opérant dans des domaines variés en Mauritanie et qui ont été établies grâce à des capitaux obtenus sur les revenus de la vente de drogue", poursuit-il. "C’est cela que signifie l’expression de blanchiment d’argent. C’est un phénomène similaire chez ceux qui créent une entreprise sur la base d’un capital formé de rançons reçues contre la libération d’otages occidentaux". De telles entreprises ont "un effet négatif sur les économies des états du Maghreb", indique-t-il. "Leurs propriétaires évitent habituellement de payer des impôts, par peur d’être détectés. De plus, les biens, les capitaux et les importations ne sont pas enregistrés dans les bureaux des douanes, ce qui mène à inonder le marché de produits et de prix au rabais. Cela se reflète dans le prix des devises, qui ont une valeur faible, et cela mène à l’inflation".

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après Magharebia