ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le préscolaire en vigueur dès la prochaine rentrée en Algérie

 
Aboubakr Benbouzid, a affirmé, hier lors qu’une journée d’étude sur le préscolaire en Algérie, que l’enseignement préparatoire sera obligatoire en 2009.
mardi 5 avril 2005.

Selon Benbouzid, l’Etat a mobilisé 325 milliards de centimes pour ce genre d’enseignement pour les quatre années à venir. C’est dans le cadre de la réforme du système éducatif que le ministère de l’Education nationale a convoqué, hier, les inspecteurs du primaire des 48 wilayas et un représentant de l’UNICEF à Alger pour s’expliquer sur la stratégie à suivre dans l’enseignement préscolaire.

Ce dernier, qui se présente comme la dernière étape de la restructuration du primaire, passé de 6 à 5 ans, est devenu, selon Benbouzid, une nécessité pour les enfants qui n’ont pas atteint l’âge de la scolarité obligatoire. Benbouzid a déclaré à ce propos que ce type d’enseignement sera introduit dans le système éducatif national "avec une moyenne de 30 heures par semaine". Certes, le préscolaire existait auparavant comme une structure organisée à part entière, mais ce n’est que le 20 avril 2002, a expliqué le ministre, qu’une décision du Conseil des ministres est prise sur la généralisation de l’éducation préscolaire d’une manière progressive, dans la limite des moyens du pays, aux enfants âgés de 5 ans. La promulgation de l’ordonnance n°03.09 du 13 août 2003 a également ouvert ce créneau à l’investissement privé.

Pour le ministre de l’Education nationale, l’Etat qui aura à prendre en charge 80% de l’effectif global du préscolaire, qui sera de 630.000 élèves d’ici 2009, mobilisera une enveloppe de plus de 3 milliards de dinars. Aujourd’hui, le taux de prise en charge du secteur de l’Education ne dépasse pas les 13%. Les prochaines années, a-t-il souligné, l’enseignement préparatoire dont le dispositif pédagogique (programme, guide pédagogique, nomenclature des équipements, documents d’orientation, etc.) est fin prêt et sera obligatoire. D’après les spécialistes, le préscolaire aura comme objectifs de socialiser ces élèves avec leur nouveau milieu, de permettre leur épanouissement à travers des activités corporelles, de développer en eux une certaine autonomie et, enfin, surtout de les préparer au primaire avec un apprentissage préliminaire (langue, calcul...).

Toujours selon le ministre, les parties concernées ont déjà terminé l’élaboration des programmes à dispenser pour ce dernier cycle, adoptés d’ailleurs par la commission nationale des programmes et enrichis par des groupes spécialisés. Benbouzid a également soutenu qu’à l’horizon 2008/2009, l’Algérie disposera d’un surplus de 19.000 salles de classe et de 39.000 enseignants du fait de l’élimination de la sixième année fondamentale. De plus, il soutiendra que l’Etat fixe pour objectif "un taux d’occupation de 30 élèves par salle de classe et un taux d’encadrement de 25 élèves par enseignant". C’est donc ce surplus qui permettra de prendre en charge les 380.000 élèves supplémentaires dans l’enseignement préparatoire, à raison de 20 élèves par classe.

Par ailleurs, M. Benbouzid a tenu à ajouter que "l’esprit socialisant est terminé", faisant allusion au CNAPEST et au CLA qui ont critiqué sa stratégie par rapport à la création de lycées d’excellence et de grandes écoles préparatoires. Selon lui, la mondialisation est une arène où le plus fort gagne.

Par Abed Tilioua, lavoixdeloranie.com