ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Journalistes condamnés en Algérie

 
Algérie. Cinq journalistes du quotidien algérien « Le Matin » ont été condamnés par un tribunal d’Alger à des peines allant de deux à trois mois de prison ferme pour diffamation, ont indiqué les accusés. Le journal a cessé de paraître depuis le 24 juillet 2004.
mardi 19 avril 2005.

Les journalistes Abla Chérif et Hassane Zerrouky ont été condamnés à deux mois de prison ferme sur plainte d’un homme d’affaires émirati à la suite de la publication, en 2002, d’articles dénonçant son implication dans des malversations financières lors de l’attribution de marchés publics de la téléphonie mobile en Algérie.

Youcef Rezzoug et Yasmine Ferroukhi, deux autres journalistes, ont été condamnés à trois mois de prison ferme pour diffamation dans une affaire qui les opposait au ministre de l’énergie et des mines, Chakib Khelil, à la suite d’un article sur la revente, jugée douteuse, d’immeubles appartenant à la société publique d’hydrocarbures Sonatrach. Par ailleurs le directeur du « Matin », Mohamed Benchicou, qui purge depuis juin 2004 une peine de deux ans de prison ferme, a été également condamné aux mêmes peines dans ces deux affaires, selon la même source.

M. Benchicou a été condamné le 14 juin 2004 à la suite d’une plainte du ministère des finances pour « infraction régissant le contrôle des changes et les mouvements des capitaux », après la découverte de bons de caisses dans ses bagages à l’aéroport d’Alger, en août 2003. Sa peine a été confirmée en appel, en août 2004. Placé sous contrôle judiciaire et interdit de sortie du territoire national depuis août 2003, il avait accusé le ministre de l’intérieur, Yazid Zerhouni, d’avoir monté cette affaire pour riposter à un article du journal révélant une affaire l’impliquant.

Il avait en outre publié, en février 2004, un virulent pamphlet contre le président Abdelaziz Bouteflika intitulé « Bouteflika, une imposture algérienne ». Depuis, le journal ne paraît plus et son siège, à Hussein Dey, dans la banlieue est d’Alger, a été vendu aux enchères.

Source : ATS