ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Davantage de visas pour les algériens

 
Suite à l’accord d’association avec l’UE qui sera signé par le chef de l’état prochainement, l’ambassadeur de l’Union européenne à Alger a laissé entendre qu’il y aura davantages de visas pour les algériens.
mercredi 4 mai 2005.

Dernière ligne droite Il y aura davantage de visas pour les algériens, selon Lucio Guerrato.pour l’entrée en vigueur de l’accord d’association, le décret présidentiel de ratification sera signé “dans quelques semaines, voire quelques jours”. C’est ce qui ressort de l’intervention de M. Hanache Mohamed, directeur général de la division Europe au niveau du ministère des Affaires étrangères, invité hier par le Forum du quotidien El Moudjahid. Pour rappel, l’ancien ministre d’État, ministre des Affaires étrangères, M. Abdelaziz Belkhadem, avait annoncé que l’accord d’association avec l’Union européenne “entrera en vigueur le 1er juillet prochain”. M. Hanache Mohamed confirme le début du dialogue économique entre l’Algérie et l’Union européenne. Une délégation d’experts des différents ministères algériens a séjourné récemment à Bruxelles. Les discussions, révèle le directeur général de la division Europe au niveau du ministère des Affaires étrangères, ont porté sur “les voies et moyens de mise en œuvre de l’accord d’association”.

Des projets de coopération ont été identifiés. Il s’agit, en premier lieu, nous dit-on, de perfectionnements techniques des administrations chargées de la mise en œuvre et du suivi de cet accord. “C’est un premier contact”, souligne le directeur général de la division Europe au niveau du ministère des Affaires étrangères. Des rencontres plus élevées au niveau politique sont également prévues. “Vous allez entendre beaucoup parler de l’accord d’association en 2006”, annonce-t-il. M. Hanache Mohamed, comme pour rassurer les opérateurs économiques, a beaucoup insisté sur le caractère progressif du démantèlement tarifaire, sur dix ans. Les premières années devraient être, selon lui, bénéfiques aux entreprises algériennes, étant donné que les matières premières passeront au taux zéro de droits de douane. Même les pertes fiscales, selon lui, ne seront pas élevées, 600 à 800 millions de dollars sur toute la période (dix années) du démantèlement tarifaire. Ce manque à gagner par le Trésor public devrait être compensé, explique-t-il, par l’amélioration du recouvrement fiscal. Le directeur général de la division Europe au niveau du ministère des Affaires étrangères, devant le chef de la délégation de la Commission européenne à Alger, M. Lucio Guerrato, explique que “l’amélioration de la circulation des personnes aura des conséquences directes sur la réalisation de l’accord d’association”.

Cela veut dire : plus de visas. Mais cette mesure bénéficiera surtout aux hommes d’affaires et aux fonctionnaires concernées par l’application de l’accord d’association. C’est que, pour M. Hanache Mohamed, “une coopération stratégique avec l’Union européenne passe par le règlement de cette question”. Il précise, à juste titre, qu’il existe des instruments, beaucoup plus appropriés pour lutter contre l’immigration clandestine. Questionné sur la politique de voisinage proposé par l’Union européenne aux pays ayant déjà mis en œuvre l’accord d’association, le directeur général de la division Europe au niveau du ministère des Affaires étrangères explique que l’Algérie s’en tient actuellement à la mise en œuvre de l’accord. “La politique de voisinage, on en parlera le moment venu”, dira-t-il. Au sujet de l’investissement direct étranger, M. Hanache Mohamed, tout en qualifiant l’accord d’association “d’instrument puissant d’accompagnement des réformes”, précise que la loi ne suffit pas à elle seule. “Il faut créer les conditions d’attractivité des investissements”, insiste le directeur général de la division Europe au niveau du ministère des Affaires étrangères.

Par Meziane Rabhi, liberte-algerie.com