ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Démission de Mohamed-Salah Mentouri

 
La démission de Mohamed-Salah Mentouri, annoncée avant-hier, de son poste de président du Conseil national économique et social (CNES) a surpris même les membres de la direction de cette institution consultative.
jeudi 5 mai 2005.

Ce départ, qui intervient à Mohamed-Salah Mentourideux semaines de la tenue de la 26e session du CNES, prévue les 22 et 23 mai, est à expliquer, selon des sources proches de la présidence du CNES, par la détérioration des relations entre Mohamed-Salah Mentouri et le chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia. Selon une source informée, si les rapports entre le CNES et l’Exécutif étaient bons au temps de Smaïl Hamdani et Ali Benflis, ils se sont dégradés avec l’arrivée d’Ahmed Ouyahia au gouvernement. Mais la goutte qui a fait déborder le vase est liée à l’élaboration du Pacte national de croissance ou ce qui est appelé maintenant le Pacte national économique et social. Cette idée avancée par Mentouri en 1996 vise à fédérer les forces socioéconomiques afin d’aller vers une politique garantissant la stabilité et la croissance économique du pays. Pour la prochaine session, le CNES a programmé, outre le rapport de conjoncture, le débat sur ce pacte. « Je pense qu’on ne veut pas que le CNES touche à ce sujet.

On veut qu’il soit traité dans le cadre des tripartites et les bipartites », a affirmé notre source. Pour rappel, la minitripartite tenue jeudi dernier au Palais du gouvernement entre Ahmed Ouyahia, Abdelmadjid Sidi Saïd, secrétaire général de l’UGTA, et le patronat avait mis en place quatre groupes de travail, dont un préparera le pacte. « C’est le point culminant du différend entre le CNES et l’Exécutif », ajoute la même source. Les désaccords entre le désormais ex-président du CNES et le chef du gouvernement ne sont pas limités à ce point. « Mentouri a refusé que l’institution qu’il dirige soit la caisse de résonance du gouvernement. Le CNES a critiqué, sur la base de données claires, la politique du gouvernement. Ce qui n’est pas du goût d’Ouyahia », nous a-t-on déclaré. A titre d’exemple, les résultats du Programme de soutien à la relance économique (PSRE), lancé en 2001, ont été jugés « mitigés » par l’institution de M. Mentouri. « La persistance des principales revendications liées aux salaires, aux logements... est le résultat de l’absence d’une stratégie profonde dans le Plan de relance économique », a indiqué le CNES dans son dernier rapport. Le gouvernement, dans le bilan du PSRE publié sur son site, s’est montré satisfait des réalisations de ce plan. « Même Benachenhou l’avait critiqué », précise aussi notre source soulignant que le président de la République a pris acte des recommandations du CNES.

Pour preuve, « le chef de l’Etat a annoncé lui-même le lancement du Plan complémentaire de soutien à la relance économique (PCSRE) ». Il l’a fait dans la transparence, contrairement au PSRE », clame la même source. Cela pour infirmer l’existence d’un malentendu entre Abdelaziz Bouteflika et Mohamed-Salah Mentouri. Le Président, faut-il le rappeler, a procédé depuis son investiture à la dissolution des institutions installées par Liamine Zeroual durant la période transitoire, sauf le CNES. Le CNES affirme encore notre source n’a pas de différend avec l’Office national des statistiques (ONS). « Il ne produit pas de chiffres. Il travaille sur la base de ceux communiqués par l’ONS », martèle-t-on. Concernant le renouvellement du bureau du CNES, cette source a rappelé que M. Mentouri a appelé à maintes reprises au renouvellement, « mais le blocage vient toujours de l’Exécutif ». « Seuls le Président et le chef du gouvernement peuvent introduire un changement », conclut-elle. Sollicités, hier, par nos soins pour avoir des réactions et connaître les raisons ayant poussé M. Mentouri à rendre son tablier, certains membres du CNES semblent ignorer les dessous de cette affaire.

Salah Djenouhat, vice-président de cette institution, a déclaré qu’il ignore les raisons ayant incité Mentouri à la démission. « Je n’étais pas mis au courant par le président. Je ne sais pas pourquoi il a démissionné. J’étais absent lors de la dernière réunion du CNES tenue le 2 mai dernier et je ne sais pas ce qui s’est passé », déclare-t-il. Mustapha Mekidech, un autre expert du CNES, actuellement à l’étranger, ne savait pas que le président avait démissionné. « Je suis à l’étranger et je ne peux faire aucune déclaration », a-t-il lancé. Même chose pour le secrétaire général de la Fédération nationale des retraités (FNTR) et membre également du CNES, Abdelmadjid Azzi. Le CNES est une institution composée de neuf groupes sociaux : l’UGTA, UNPA, patronat privé et public, l’organisation des commerçants et les associations à caractère social, les collectivités locales, l’administration centrale, les membres nommés par le Président et les représentants de l’émigration.

Par Madjid Makedhi, elwatan.com