ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’AIS soutient Bouteflika

Un nouvel appui, et non des moindres, est venu à la rescousse de Bouteflika.
 
« L’Armée islamique du salut (AIS, ex-branche armée du FIS, ndlr) s’aligne sur la politique du président de la République » nous a confirmé, hier, un dirigeant de cette nébuleuse autodissoute le 13 janvier 2000, mais qui garde encore fortes ces ramifications sociales.
mercredi 24 mars 2004.

Le choix de l’AIS, attendu du reste, s’inscrit dans le cadre du rapprochement entre le président et les islamistes radicaux, qui avaient choisi délibérément de déposer les armes en 1997, d’intégrer le projet de « concorde civile » initié par Bouteflika, au lendemain de son élection en avril 1999.

Le soutien de l’AIS à Bouteflika permet différentes grilles de lecture. D’abord, il s’agit d’un « désaveu intégral » à l’équipe Abassi Madani-Mourad D’hina, lesquels avaient fermement refusé de s’inscrire dans une élection « qui ne permet d’entrevoir aucune perspective réelle au parti (le FIS, ndlr) ». Ensuite, elle s’inscrit dans une suite logique des contacts Bouteflika-AIS, et qui a été constaté à différents stades de cinq années du premier mandat du président.

Même si la concorde civile, version bouteflikienne, « laissait à désirer », selon les termes des leaders de l’AIS, « le président a promis d’arriver à une véritable réconciliation nationale s’il venait à être réélu ».

La direction de l’AIS promet de diffuser un communiqué officiel dans trois jours et qui fera entendre clairement le pourquoi de cet alignement de dernière minute.

Fayçal Oukaci, l’Expression