ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Bouteflika : “La concorde est une aspiration du peuple”

 
Le président-candidat a indiqué : “nous avons éliminé nombre de terroristes, non pas par esprit d’éradicateur, mais dans le cadre de l’application de la loi.”
jeudi 25 mars 2004.

Abdelaziz Bouteflika a déclaré, hier, à Béchar que la concorde civile est “une aspiration du peuple algérien épris de paix de justice et de stabilité”. Il a, en outre, soutenu que le passage de la concorde civile à la réconciliation nationale “peut se réaliser, étape par étape, d’autant, a-t-il précisé, que le peuple algérien adhère à la mise en œuvre de la concorde civile avec une très large majorité”. Le candidat Bouteflika a souligné au cours de son intervention les épreuves traversées par l’Algérie, qu’elles soient liées au terrorisme ou à la détérioration de la situation aux plans économique, social, politique et sécuritaire.

Il a ainsi rappelé qu’au cours des dernières années, “il était impossible de circuler entre deux localités à partir de 16 heures, tant la situation sécuritaire était précaire. Aujourd’hui, on peut circuler en toute quiétude, d’Alger à Tamanrasset, l’Algérie est un immense chantier, le produit intérieur brut est passé de 1 300 dollars par an en 1999 à 2 300 dollars”, a souligné m. Bouteflika. Il a, en outre, soutenu que “ceux qui sont contre l’Algérie et qui ont tout fait pour ternir sa réputation, notamment à travers la presse ont compris qu’ils ont affaire à un peuple mûr et responsable”. Le candidat bouteflika a, en outre, longuement explicité que la réconciliation nationale était un “préalable à tout développement économique et social”. “Nous avons, a-t-il dit, éliminé nombre de terroristes, non pas par esprit d’éradicateur, mais dans le cadre de l’application de la loi”.

Il a, dans cet ordre d’idées, rendu hommage à l’Armée nationale populaire et aux services de sécurité “qui ont sauvé le pays du chaos”. Traitant de l’agriculture, le candidat Abdelaziz Bouteflika a indiqué que ce secteur se caractérise par “un décollage réel, alors que personne ne croyait plus à sa relance”. Aujourd’hui, les algériens consomment des “produits agricoles algériens à des prix accessibles à tous (...) et même les prix des viandes rouges auraient connu une baisse s’il n’y avait pas les contrebandiers qui exportent frauduleusement le cheptel vers des pays voisins”, a-t-il indiqué. M. Abdelaziz

Bouteflika a appelé son auditoire, en conclusion lors de son intervention, à se rendre en masse aux urnes le 8 avril prochain.

Liberté