ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie vit l’enfer des feux de forêts

 
La canicule qui s’est installée en Algérie a aggravé les risques de feux de forêts sur le territoire national. Ce sont ainsi des milliers d’hectares de forêts qui ont été réduits en cendres.
vendredi 29 juillet 2005.

L'Algérie suffoque et perd des milliers d'hectares de forêts.Sur tout le territoire de l’Algérie, et selon le dernier bilan allant du 1er juin jusqu’au 22 juillet, rendu public hier par la direction générale des forêts, il est fait état de plus de 740 foyers qui ont parcouru une surface totale de 9411 ha, dont 5679 ha de forêts. Soit une moyenne de 14 foyers d’incendie par jour et une superficie de 8 ha de forêts par foyer dévastés. Seulement, de la période allant du 16 au 22 juillet 2005, les mêmes services ont recensé pas moins de 257 feux ayant parcouru une aire de 4727 ha, dont 3100 ha en forêts, soit une moyenne de 37 feux par jour et 12 ha de forêts ravagés par foyer, souligne le communiqué. Les régions les plus touchées par ces feux sont les wilayas de l’Ouest, suivies de celles du centre et à un degré moindre l’Est du pays.

Ce « classement » est estimé par les responsables de la direction des forêts tout à fait normal, et ce, vu les conditions climatiques qui ont caractérisé chaque région lors de la dernière période hivernale. Autrement dit la région Est du pays a enregistré une pluviométrie supérieure à celle des autres régions d’Algérie, notamment l’ouest du pays qui traverse une période de sécheresse cet été. Ce qui fait que cette région est favorable aux incendies par rapport au Centre et à l’Est. En plus, cette région est connue par la densité des forêts riches en pins d’Alep. A titre de comparaison avec l’année passée, on trouve que le nombre d’incendies et de surfaces ravagées cette année sont une fois et demie plus importants cette année.

De leur côté les services de la Protection civile, que nous avons contactés hier, ont déclaré que plus de 330 interventions dans des feux de forêts, ont causé la perte de près de 5000 hectares. A ces feux, il y a lieu d’ajouter quelque 456 feux ayant dévasté du 1er juin au 25 juillet, pas moins de 1499 palmiers, 740,5 hectares de blé et d’orge, 128.925 bottes de foin et 24.130 arbres fruitiers. Pour les responsables de ces services, ce sont les wilayas de l’intérieur du pays qui ont connu le plus grand nombre d’incendies. La seule wilaya de Tizi Ouzou a enregistré plus de 80 incendies qui ont ravagé plus de 500 hectares de chêne vert, suivie de la wilaya de Tlemcen, qui a enregistré 20 incendies ayant causé plus de 123 hectares de pins d’Alep, et 30 hectares de chêne vert. En outre, 23 feux de récolte ont ravagé 214 arbres fruitiers et 5418 bottes de foin. Près d’un millier de palmiers ont été détruits par 18 feux dans les wilayas de Biskra et de Ouargla. Les raisons de ces incendies sont liées en majorité au facteur humain et à la canicule.

Par ailleurs, le chiffre des noyades en Algérie ne cessent de connaître une augmentation au fil des saisons. En effet, pas moins de soixante-neuf personnes se sont noyées depuis le début de saison. Si les services de la Protection civile ont repêché, 23 corps dans les plages surveillées, en revanche la majorité des personnes noyées ont été constatées au niveau des plages interdites à la baignade, donc non surveillées par les éléments de la Protection civile. Ces derniers ont eu à intervenir dans 24.406 cas et autres incidents, dont 13.519 personnes ont été sauvées. Selon la même source, ce sont les adolescents de 16 à 19 ans et les enfants qui sont les plus exposés aux noyades.

Il faut signaler aussi que la majorité de ces noyades sont dues, soit au non-respect par les estivants des recommandations des zones de baignade, ou au non-respect des horaires de baignade. C’est-à-dire hors des horaires de surveillance de la Protection civile qui s’étalent de 9h à 19h. Les wilayas de Jijel et de Béjaïa restent les régions qui ont enregistré le plus grand nombre de noyades. En effet, 25 personnes noyées ont été repêchées dans les deux wilayas, juste la dernière semaine du mois courant. Par ailleurs, sept personnes ont trouvé la mort par noyade dans les différentes plages du pays. Ainsi, et dans le but de réduire le nombre de noyades et de mieux gérer le phénomène d’incendies de forêts, les responsables de la Protection civile et de la direction générale des forêts, appellent les citoyens à participer activement aussi bien, à la préservation des vies humaines qu’à la protection du patrimoine forestier algérien.

Par L’Expression