ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les archs veulent barrer la route à Bouteflika

 
Bouteflika sera aujourd’hui à Tizi Ouzou. L’ambiance est électrique et la tendance générale dans la région démontre que “Bouteflika est toujours indésirable en Kabylie”.
mercredi 31 mars 2004.

Le candidat lui-même n’ignore pas la chose, mais il se montre toutefois résolu à fouler la terre de cette région qui lui est hostile. Viendra-t-il donc dans l’espoir de séduire la population de la région, maintenant qu’il sait qu’il ne peut compter que sur la volonté populaire pour être réélu, ou bien simplement pour provoquer l’émeute, puis encore une fois, l’embrasement dans le but de pousser la population, majoritairement acquise au RCD, à se détourner de la prochaine élection, voire même de l’empêcher ?

À propos de ce scénario d’embrasement, les partisans de la participation à l’élection ont lancé un appel à la population afin de rester vigilante en expliquant que la meilleure manière pour sanctionner Bouteflika est de voter massivement contre lui. En revanche, les partisans de l’option du rejet de l’élection ont décidé, à l’issue d’un conclave d’urgence, d’agir, aujourd’hui même, en appelant à une grève générale et à un rassemblement populaire au chef-lieu de wilaya. Mais, connaissant les dispositifs de sécurité mobilisés en ce genre d’occasions, l’action des archs risque d’apporter l’eau au moulin des tenants de l’embrasement. Si, en revanche, l’objet de la visite d’aujourd’hui reste seulement celui de séduire la population, il ne serait pas difficile d’imaginer de quoi sera composé le public. Il sera, comme lors de la récente visite du chef du gouvernement constitué de quelques redresseurs qui seront accompagnés de leurs familles, des administrateurs menacés dans leur poste et d’une foule importée dans des bus.

En outre, hier, une rencontre sportive et artistique a rassemblé des jeunes lycéens et collégiens à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou. Elle a été transformée en campagne électorale pour le compte du candidat Abdelaziz Bouteflika.

Des portraits de ce dernier ornaient la salle alors qu’une banderole sur laquelle on pouvait lire “avec le moudjahid Abdelaziz Bouteflika pour un second mandat”, était accochée sur la scène. L’un des organisateurs, un élu du RND à l’APC, tentait de convaincre un parterre d’adolescents à transformer le meeting de Bouteflika prévu, aujourd’hui, à Tizi Ouzou en une fête électorale.

Mais les jeunes qui n’ont pas l’âge de faire de la politique n’ont pas manqué de crier leur indignation face à cette grossière manipulation.

Samir Leslous, Liberté