ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’accord Algérie-UE en vigueur dès le 1er septembre

 
Bruxelles confirme que l’entrée en vigueur de l’accord d’association entre l’Algérie et l’Union Européenne est prévue pour le 1er septembre.
dimanche 28 août 2005.

Le patronat algérien redoute l'entrée en vigueur de l'accord Algérie-UE.Pour le partenaire européen, « il n’y a aucun souci particulier, ni flottement ou retard » dans la mise en œuvre de l’accord d’association entre l’Algérie et l’Union Européenne. Suivant les procédures réglementaires de l’UE, l’entrée en vigueur de l’accord intervient le premier jour du deuxième mois qui suit le dépôt des instruments de ratification au conseil, à savoir représentation des Etats membres de l’UE, ce qui correspond précisément au 1er septembre 2005.

Pour rappel, l’UE avait adopté officiellement à Bruxelles la décision finale le 18 juillet dernier, lors de la réunion du Conseil des ministres européens des Affaires étrangères, la plus haute instance politique de l’UE. La visite, à la fin de juin dernier à Alger, de la commissaire européenne aux Relations extérieures et à la Politique de voisinage, Mme Benita Ferrero-Waldner, qualifiée de « très fructueuse » à Bruxelles, a permis de déterminer en commun les étapes et les priorités de la coopération.

Le ministère algérien des Affaires étrangères, précise-t-on de même source, vient de formaliser cette démarche dans un document adressé à l’exécutif européen qui la qualifie de « feuille de route de la mise en œuvre de l’accord d’association ». Les premiers rendez-vous sont prévus dès le 12 septembre prochain, date à laquelle les experts des Douanes algériennes se réuniront avec leurs homologues de la direction « taxes et union douanières ».

D’autres groupes de travail en matière de coopération économique mais également touchant les secteurs de la « justice, liberté et sécurité », domaines, précise la partie européenne, relevant des compétences des ministères de la Justice et de l’Intérieur, entameront leur travail à la rentrée.

En revanche, les sous-comités sectoriels prévus par l’accord ne seront pas installés à l’échéance prévue initialement, à savoir la fin de l’année 2005. La présidence de l’UE, britannique jusqu’à la fin de décembre prochain, propose l’agenda et l’ordre du jour des conseils, en raison d’un « calendrier très chargé pour ce trimestre ». C’est la raison pour laquelle a été reportée la tenue du premier conseil d’association UE-Algérie, au cours duquel ces sous-comités doivent être installés.

Les patrons algériens redoutent l’entrée en vigueur de l’accord d’assocation entre l’Algérie et l’UE et estiment qu’« il y a un déséquilibre dans les concessions entre les deux parties, laissant apparaître un avantage flagrant pour l’Union européenne, notamment pour les produits céréaliers, la pomme de terre, la confiture et le sucre blanc ».

Synthèse de Souad
D’après La Tribune