ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Europe soutient la réconciliation en Algérie

 
Le projet de réconciliation nationale en Algérie vient de bénéficier de l’appui des pays de l’Europe, qui, par le biais de leurs ambassadeurs à Alger, ont jugé l’initiative de Bouteflika "louable" et "très positive".
mercredi 7 septembre 2005.

Bouteflika peut se targuer d'avoir le soutien de l'Europe.Les dix-neuf ambassadeurs et diplomates des pays membres de l’UE viennent de fait d’apporter leur appui à l’initiative du président de la République même si contrairement aux usages diplomatiques, ils interviennent dans un débat spéficifque à l’Algérie. Cette réunion avait un objectif clair et précis : expliciter aux ambassadeurs et diplomates accrédités à Alger, le projet de charte pour la paix et la réconciliation nationale ainsi que les objectifs attendus de cette initiative. Et il revenait à Abdelkader Messahel de s’y coller.

Abdelkader Messahel, ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, aura mis en exergue devant les diplomates européens, « la portée de cette initiative et ses répercussions bénéfiques, non seulement pour le peuple algérien, mais pour la stabilité de la région et également pour le renforcement de la coopération entre le sud et le nord de la Méditerranée ». En d’autres termes moins diplomatiques, il y va de l’intérêt des Européens d’avoir un partenaire stable et sûr. D’autant que l’UE est le premier partenaire de l’Algérie.

Avec le flegme qui caractérise les représentants de la couronne britannique, Nick Low, le chargé d’affaires du Royaume-Uni a souligné que la réunion « nous a permis de nous mettre à jour » en ce qui concerne la situation en Algérie. Sans se prononcer sur l’initiative, il précisera que « le Royaume-Uni veut travailler avec l’Algérie pour vaincre le terrorisme international (...) Nous avons un problème commun et ensemble on peut travailler pour le vaincre ».

Il est évident que le soutien de l’Europe au projet de réconciliation en Algérie est aussi le signe que l’union européenne espère que par l’initiative de Bouteflika, notre pays retrouvera sa stabilité, seule condition pour une meilleure coopération économique.

Synthèse de Souad
D’après le Quotidien d’Oran