ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Cent terroristes actifs en Algérie selon Zerhouni

 
Yazid Zerhouni affirme qu’il resterait une centaine de terroristes actifs en Algérie. Une déclaration faite au lendemain du massacre de sept militaires algériens.
lundi 26 septembre 2005.

Nouredine Yazid Zerhouni prétend que seulement une centaine de terroristes sont encore en activité en Algérie.Nouredine Yazid Zerhouni a ajouté que depuis le début de la campagne pour la réconciliation nationale en Algérie, plusieurs terroristes se sont rendus aux autorités, citant au passage les cas d’un terroriste qui s’est rendu du côté de Chlef au lendemain du discours du président dans la wilaya et un autre qui s’est rendu aux autorités à Annaba. Le ministre qui n’a pas voulu commenter la dernière action terroriste qui a coûté la vie à sept militaires, a précisé qu’il y a encore des poches armées qui existent. Par ailleurs, le ministre a précisé que les services de sécurité ont mis la main sur cinq terroristes d’origine marocaine, qui s’ajoutent aux Tunisiens capturés dans les rangs du GSPC il y a quelque temps.

Interrogé sur l’avenir des patriotes après le référendum sur la charte de la réconciliation nationale, M. Zerhouni a précisé encore que le désarmement des patriotes et des groupes d’autodéfense n’est pas à l’ordre du jour. Il a tenu à assurer que l’Etat n’abandonnera pas les patriotes, qui avaient défendu durant les temps difficiles les symboles de la République et nombreuses contrées éloignées du pays.

Concernant la levée de l’état d’urgence en vigueur en Algérie, le ministre de l’Intérieur a déclaré que tout dépendra de l’évolution de la situation sécuritaire, indiquant au passage qu’il n’y a jamais eu durant cette période des restrictions dans les libertés individuelles et collectives. S’agissant de la levée de l’interdiction des marches à Alger, le ministre a tenu à jeter la balle dans le camp des partis politiques indiquant que le jour où ces organisateurs des marches garantiront l’absence de dépassements, les marches seront autorisées à Alger.

Concernant le dossier des disparus et les signataires d’un document refusant la solution proposée par l’Etat, M. Zerhouni a répondu que la majorité de ces disparus se trouvent actuellement à l’étranger depuis 1991. Il indique encore que 70% des familles de disparus sont favorables aux compensations proposées par la commission de Ksentini. Concernant les 30% des familles qui sont contre cette solution, le ministre indique qu’elles ont toujours le moyen de recourir à la justice.

Synthèse de Rayane
D’après le Quotidien d’Oran