ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Amitié Algérie-USA

 
L’ambassadeur des Etats-Unis en Algérie, Richard W. Erdman, a estimé que la réouverture des services consulaires américains pour tous les visas temporaires à Alger est un « nouveau pas en avant pour l’amitié algéro-américaine », hier, au cours d’une conférence de presse à l’ambassade.
mercredi 26 octobre 2005.

Richard W. Erdman, l'ambassadeur des Etats-Unis en Algérie.Malgré la réduction des services de visas à la section consulaire américaine depuis le 11 mars 1995, précédée par la fermeture du consulat américain à Oran, « les Etats-Unis n’ont jamais quitté l’Algérie et nous n’avons jamais cessé de délivrer des visas d’entrée aux Etats-Unis ». Il s’agit pour l’ambassadeur américain d’une « ré-expansion » du service consulaire, dans la mesure où de nombreux Algériens, voyageant pour la première fois aux USA, ne seront plus obligés de se rendre en Tunisie pour solliciter un visa américain.

Chiffres à l’appui, Richard W. Erdman précisera qu’en 1996, 1.550 visas ont été délivrés à Alger. En 2004, ce sont 2.696 personnes qui on vu leur dossier agréé. Le responsable américain a estimé à près de 3.000 le nombre de visas qui devraient être délivrés en 2005. « Nous travaillons à l’allègement de la procédure de demande de visa », a indiqué l’ambassadeur des USA en Algérie. Les Etats-Unis se sont engagés, selon lui, dans une politique de « frontières sûres, portes ouvertes ». Nous sommes aussi engagés sur le principe que la libre circulation de nos citoyens, américains ainsi qu’algériens, favorise des liens plus étroits, la croissance des échanges commerciaux, de nouvelles idées et l’approfondissement d’une compréhension mutuelle », dira le diplomate.

Par contre, le consulat américain ne sera pas rouvert, selon le vice-consul John Austin, pour l’instant à Oran. Pour ce dernier, la réouverture de la section consulaire à Alger est avant toute chose dictée par une augmentation des moyens mis à la disposition de la section et non par l’amélioration de la situation sécuritaire, qui elle est « un enjeu pour l’ambassadeur ». Le centre culturel américain à Alger ne sera pas non plus rouvert, selon la responsable du service culturel.

Synthèse de Ahlem
D’après le Quotidien d’Oran