ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie-OTAN : Bedjaoui s’exprime

 
Mohamed Bedjaoui a salué la coopération entre l’Algérie et l’OTAN qu’il juge « dense et diversifiée » et tend à contribuer à la réalisation des objectifs de paix, de sécurité et de stabilité en Méditerranée.
mercredi 9 novembre 2005.

Mohamed BedjaouiLe dialogue méditerranéen (DM) de l’Organisation transatlantique nord (OTAN), auquel l’Algérie a adhéré en 2000, « vient opportunément combler un vide en matière de coopération politico-militaire au sein du processus de Barcelone », selon les termes du ministre d’Etat, tout en nuançant que « le potentiel de coopération sur le plan civil est encore insuffisamment exploité ». Même si l’Algérie a noté « le début encourageant » de cette coopération dans les domaines, entre autres, de la recherche scientifique, la protection civile et l’environnement.

Globalement, M. Bedjaoui a estimé qu’il existait « des progrès significatifs » qui confèrent à ce dialogue « un caractère de spécificité ». Spécificité souhaitée par Alger dans le cadre d’une « coopération différenciée », selon les termes du Comité interministériel de suivi des relations avec l’OTAN, exprimée en décembre 2004 lors d’une journée d’étude à Alger sur les 10 ans de dialogue OTAN-Méditerranée. Hier, le ministre algérien a estimé nécessaire la mise en pratique de l’idée de rencontres politiques de haut niveau retenue par ce sommet d’Istanbul de juin 2004, y compris celles des chefs d’Etat.

Mohamed Bedjaoui a espéré que la prochaine décennie soit celle de « l’affinement d’une vision stratégique du partenariat et de la coopération entre l’OTAN et ses partenaires du sud de la Méditerranée ». Il a indiqué que l’Algérie adhère pleinement aux « perspectives nouvelles de la coopération » portées par le sommet d’Istanbul qui proposent de « nouveaux formats et axes de travail répondant aux sollicitations particulières de chaque partenaire intéressé dans le respect de l’unité du dialogue méditerranéen et de son caractère non discriminatoire ».

Synthèse de Samir
D’après El Watan