ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le FFS fait campagne en Kabylie

 
En prévision des élections partielles en Kabylie, qui se tiendront le 24 novembre, le Front des Forces Socialistes (FFS) tente de rassurer les populations locales en vue de réhabiliter la politique dans une région qui a vécu l’une de ses plus graves crises politiques ces dernières années.
samedi 12 novembre 2005.

La formation d'Hocine Aït Ahmed, le FFS, tente de réhabiliter la politique en Kabylie.Tout au long de son discours, M. Laskri, le premier secrétaire national du FFS, fera une large rétrospective des luttes menées par le peuple algérien depuis la naissance de l’Etoile nord africaine, une lutte qui, dira-t-il, se poursuit toujours pour la liberté, la démocratie et surtout pour avoir le droit d’avoir des droits. Il exhortera les citoyens à rester debout et éveillés comme il fustigera le pouvoir pour « ses manœuvres et hostilités à l’instauration d’un Etat de droit, le développement, un pouvoir qui, poursuit-il, prône la violence comme discours, la hogra et le tribalisme ».

M. Laskri dira au sujet de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, votée par une partie des Algériens en septembre dernier, que la vérité aujourd’hui est qu’il n’y a ni paix, ni réconciliation et que les Algériens continuent à souffrir, notamment socialement et économiquement. Evoquant les émeutes que connaissent plusieurs régions du pays, tout en s’appuyant sur le slogan du FFS « crédible et solidaire », il appellera les citoyens à faire confiance aux candidats de sa formation et qu’avec la cohésion, le régime totalitaire tombera, comme sont tombés ceux de l’Espagne, le Chili, l’Argentine, etc. : « C’est grâce au FFS que le champ politique est rendu visible. »

Le conférencier estime que le pouvoir local doit appartenir aux élus, avec plus de prérogatives. « Avec l’embellie financière dont dispose aujourd’hui l’Algérie, la Kabylie et d’autres régions du pays doivent connaître un développement effectif que la priorité du FFS est sans doute la décentralisation et la réhabilitation du politique en cette région frondeuse qu’est la Kabylie », a-t-il dit.

Il exhortera les citoyens de Kabylie à défendre l’acte de voter et consolider les résultats par un contrôle rigoureux des urnes.

Synthèse de Kahina
D’après la Nouvelle République