ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La position de l’Algérie sur l’immigration

 
L’ambassadeur d’Algérie au Cameroun a expliqué, lors d’une conférence de presse, la position de notre pays sur le dossier de l’immigration clandestine et insisté sur le traitement humanitaire dont bénéficient les immigrés illégaux arrêtés sur le sol algérien.
jeudi 1er décembre 2005.

Les immigrés clandestins utilisent souvent des embarcations pour rejoindre l'Espagne via le Maroc.A l’instar du naufrage d’une embarcation de fabrication artisanale dans lequel ont péri lundi au moins six immigrants africains clandestins, à 400 kilomètres au sud des îles Canaries (voir C.T. d’hier). Le diplomate algérien a notamment évoqué ce cas récent pour expliquer les raisons de sa rencontre avec la presse. " Les images projetées à la télévision, a souligné l’ambassadeur, interpellent nos consciences. Elles mettent en cause ce qui est cher à nous Algériens et aux Camerounais aussi. A savoir, la dignité, l’intégrité physique et la vie même des jeunes à la recherche d’un avenir meilleur ".

Le drame de Ceuta et Melilla, qui a provoqué récemment une onde de choc, reste présent dans les mémoires. Baallal Azzouz a précisé que " l’Algérie a suivi avec l’attention, la sérénité et la pondération nécessaires les développements affligeants et douloureux " liés à cette tragédie. Mais, il a dit regretter les déclarations largement diffusées au Cameroun, des officiels marocains portant " des accusations graves et non fondées contre l’Algérie ".

Il s’est félicité de la réaction des autorités camerounaises qui se sont investies et ont prêté main forte au rapatriement de leurs ressortissants. Selon lui, c’est un bel exemple et un signal fort de l’appropriation par les Etats de leur fonction de protection de leurs ressortissants. Il a insisté sur l’importance et l’urgence d’un travail de sensibilisation à large échelle sur les dangers encourus par les candidats à cette fameuse aventure, dans laquelle ils mettent leur vie en péril.

Synthèse de Mourad
D’après Cameroon Tribune