ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les visas refusés à l’APFW (Arab Press Freedom Watch)

 
L’Organisation non gouvernementale Arab Press Freedom Watch (APFW), dont le siège est à Londres, annonce, dans un communiqué rendu public vendredi, que les autorités algériennes révèlent encore une fois leur vrai visage d’ennemi de la liberté d’expression et de la démocratie.
lundi 5 avril 2004.

La réaction de l’APFW fait suite au refus des consulats algériens de délivrer un visa d’entrée en Algérie aux membres d’une délégation de cette ONG qui voulaient entreprendre une mission d’observation du rôle des médias durant la campagne électorale en cours.

Depuis février dernier, l’organisation a maintes fois contacté le Président Bouteflika pour une autorisation d’envoyer une délégation afin d’observer le travail de la presse algérienne, d’évaluer le degré d’équité et d’objectivité dans la couverture des différents candidats, de mesurer le degré d’interférence des autorités dans l’exercice de la profession journalistique et l’accès à l’information. La délégation se proposait d’établir un rapport exhaustif qui aurait pu servir de document de référence dans des élections similaires dans d’autres pays arabes.

L’APFW condamne le rejet qui a été opposé par les autorités algériennes à sa demande encouragée, selon le communiqué, par l’invitation du président Bouteflika aux observateurs des Nations unies et de la Ligue arabe.

R.N., Le Matin