ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le marché des assurances en Algérie en débat

 
Dans la perspective de reformer le marché des assurances en Algérie, Mourad Medelci a présenté le projet de loi sur les assurances devant la commission des finances et du budget de l’Assemblée Populaire.
samedi 10 décembre 2005.

Mourad Medelci, le ministre algérien des Finances.Le nouveau texte qui amende et complète l’ordonnance de 1995 sur les assurances, vise à développer et à stimuler le secteur à travers la diversification de ses produits pour répondre aux attentes des opérateurs, lit-on dans le communiqué rendu public par le bureau de l’Assemblée. La nouvelle législation annonce un profond réaménagement du secteur après 10 années de son ouverture au privé.

Le marché des assurances en Algérie est composé de 16 compagnies dont 7 privées, pour une croissance annuelle d’environ 13% et un chiffre d’affaires avoisinant les 32 milliards de DA. Les assurances personnes sont le talon d’Achille du système avec seulement 5% des parts de marché contre 95% pour celles couvrant les dommages. Le projet ambitionne d’introduire plus de transparence dans les transactions, à travers la séparation du marché de l’assurance personnes et celui de l’assurance risque.

Dans cette perspective, il est mis en exergue le renforcement de la sécurité financière des sociétés d’assurances en dotant celles-ci d’une réelle solidité financière et des gestionnaires qualifiés. L’objectif est également d’organiser l’entrée des banques dans le capital des compagnies d’assurances et la nécessité de libérer la totalité du capital minimum requis dès la création de la société d’assurances.

Ce projet de loi porte sur trois grands axes de réforme : la stimulation de l’activité de l’assurance, l’amélioration de la gouvernance et de la sécurité financière des sociétés d’assurances ainsi que la réorganisation de la supervision (contrôle). Une commission autonome chargée du contrôle sera créée auprès du ministère des Finances et elle contribuera à doter la mission de supervision d’une plus grande indépendance avec des moyens à la mesure de la réalisation des objectifs déclinés.

Synthèse de Mourad
D’après le Quotidien d’Oran