ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie-France : report de la signature du traité d’amitié

 
S’exprimant sur le traité d’amitié entre l’Algérie et la France, Michèle Alliot-Marie a affirmé que l’élaboration du texte du traité n’est pas encore achevée.
mardi 13 décembre 2005.

Michèle Alliot-Marie en visite en Algérie.La ministre française de la Défense de l’initiative 5+5 (10 pays d’Europe du Sud et du Maghreb) la plus sollicitée, hier, par les journalistes, à sa sortie de la réunion qui a eu lieu à l’Hôtel de l’armée de Béni Messous.

Inévitablement, les questions ont tourné autour de deux sujets phares qui accaparent l’attention intra-muros, et dans une moindre mesure, de l’autre côté de la Méditerranée. Le cafouillage entretenu sur la maladie du Président Abdelaziz Bouteflika, a fait l’objet d’une première interrogation, sans obtenir toutefois de réponse claire. Très prudente, Mme Alliot-Marie s’est contentée d’être rassurante en indiquant “n’avoir pas ressenti d’inquiétude chez ses interlocuteurs algériens sur l’état de santé” du chef de l’État, hospitalisé depuis le 26 novembre dernier à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce, à Paris.

Les explications qu’elle a voulu apporter sur la signature du traité d’amitié entre la France et l’Algérie, ont été d’une “clarté” tout aussi discutable. Le seul fait nouveau à retenir est que le fameux pacte, sur lequel les présidents Bouteflika et Chirac se sont entendus en mars 2003 et qu’ils avaient convenu de signer avant la fin de cette année, ne sortira pas des tiroirs de si tôt”. “Il convient d’avancer et je pense que nous devrions arriver à en boucler le texte dans les prochains mois”, a annoncé la ministre sans plus de précision.

Synthèse de Billal
D’après Liberté