ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie s’explique sur les immigrants expulsés

 
Le gouvernement algérien dément les allégations de certaines sources qui prétendent que les immigrants expulsés d’Algérie aient été maltraités par la police.
mercredi 21 décembre 2005.

Plusieurs milliers de clandestins franchissent l'Algérie chaque année dans l'espoir de rejoindre l'Europe.“L’Algérie soucieuse de la préservation de la dignité de ces immigrants, dont la situation dans les camps est devenue dramatique, les a, en date du 4 décembre dernier, transférés des campements de fortune de Maghnia vers un centre d’accueil à Adrar, doté de toutes les commodités de vie. Ce rapatriement a été précédé par le déplacement des représentants diplomatiques à Adrar”, a indiqué, hier, une source du ministère des Affaires étrangères citée par l’APS.

Avant-hier, l’agence française avait rapporté que plusieurs dizaines de ressortissants de l’Afrique noire, dont quelque 86 Maliens sur un total de 200 ainsi que des Burkinabés et des Béninois ont été expulsés d’Algérie. Ces immigrants, selon des témoignages rapportés par l’agence française, ont “été menottés” et “maltraités”.

Plusieurs autres témoins ont également souligné “le mépris des forces de sécurité algériennes à leur endroit, dénonçant insultes et humiliations”, a ajouté la même source. “Avant d’engager cette opération, l’Algérie, eu égard aux relations de fraternité, d’amitié et de coopération, a décidé de consulter aussi bien les autorités de ces pays que leurs représentants diplomatiques, tenus régulièrement informées des conditions de préparation et d’organisation de ces rapatriements”, a indiqué la source du MAE.

De son côté, l’ambassadeur du Mali à Alger, cité par l’agence officielle, s’est félicité des conditions de rapatriement de ses compatriotes et a démenti les allégations rapportées par l’agence française. M. Magassouba Mahamadou a indiqué, en effet, que les ressortissants maliens qui étaient en transit à Adrar, venant de Maghnia, “ont été traités en frères et qu’ils n’ont été ni violentés ni menottés par les autorités algériennes”.

Par ailleurs, un communiqué de l’ambassade d’Algérie à Abuja a fait état de la satisfaction des autorités nigérianes du traitement de ses ressortissants.

Synthèse de Billal
D’après Liberté