ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Chômage et précarité en Algérie

 
L’analyse du marché du travail en Algérie fait ressortir une baisse du chômage mais aussi une augmentation de la précarité synonyme d’insécurité sociale.
jeudi 5 janvier 2006.

La baisse du chômage en Algérie s'est accompagnée d'une hausse de la précarité.En dépit du recul du taux de chômage, explique le représentant de la centrale syndicale, « le monde du travail en Algérie évolue actuellement sous le signe de la précarité sociale, alors que le ratio de la masse salariale par rapport au produit intérieur brut (PIB) se situe à peine à 28 % ». « La précarité sociale, a-t-il tenu à préciser, se traduit par une absence constatée chez les travailleurs de toute projection dans l’avenir. » Interpellé à ce propos, le directeur de l’emploi au ministère de l’Emploi, M. Anane, s’est contenté de souligner pour sa part que la taux de chômage connaît actuellement une nette tendance à la baisse et que cette évolution est avant tout le fruit d’un retour à la croissance économique.

Se référant aux données de l’Office national des statistiques (ONS), il rappellera ainsi que le taux de chômage en Algérie est passé de 23,7 % en 2003 à 17,7 % en 2004 et à 15,5 % en 2005. « La population active, a-t-il indiqué, est évaluée actuellement à quelque 9,5 millions, tandis que le stock de chômeurs se situe à près de 1,5 million. » S’agissant du chômage des diplômés, il affirmera que le nombre de chômeurs cumulé depuis 1999 est de 430 000. En moyenne, a-t-il ajouté, « quelque 50 000 nouveaux demandeurs universitaires et techniciens supérieurs arrivent chaque année sur le marché du travail ».

Mettant ainsi en avant l’évolution de la situation du marché de l’emploi en Algérie, M. Anane soutiendra en définitive que le monde du travail en Algérie a connu des mutations favorables durant ces dernières années. Ces mutations, a-t-il précisé, sont perceptibles à travers une progression notable de l’emploi féminin (23 % de la population active), une mobilité géographique et sectorielle des travailleurs et une participation à la productivité de la main-d’œuvre étrangère. Au demeurant, a-t-il souligné, « le secteur privé est devenu le premier créateur d’emplois en Algérie ».

Synthèse de Samir
D’après El Watan