ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Elections Présidentielles : Candidature de M. Ahmed Taleb-Ibrahimi

 
M. Taleb-Ibrahimi a motivé cette décision par le souci de "contribuer à la sortie de crise et à l’édification d’une société démocratique où les libertés personnelles sont garanties, où les droits de l’homme sont respectés, où la femme a sa place légitime dans un Etat juste et fort, où l’alternance a un sens et ou l’armée nationale populaire joue son rôle constitutionnel".
mercredi 25 février 2004.

Dans une déclaration lue à cette occasion dans un grand hôtel algérois, le candidat à la présidence de la République a estimé que "l’Algérie a besoin d’une politique globale dans sa vision, ferme dans son application et courageuse dans sa symbiose avec les préoccupations quotidienne du citoyen et de la citoyenne".

Pour ce faire, M. Taleb-Ibrahimi s’engage à appliquer son programme qu’il résume en dix principaux axes portant sur "la participation des Algériens à la vie politique", "l’application de la justice sociale", "le renforcement des fondements de l’unite nationale", "la réhabilitation de la morale dans la vie publique" et "la consolidation de la notion de l’Etat".

"L’exercice de la démocratie", "la mobilisation de la jeunesse dans des taches d’intérêt national", "l’orientation de la relance économique vers des projets de développement capables d’absorber le chômage et d’accroître le revenu national" et "l’épanouissement culturel et la tolérance par la reforme de l’école", sont les autres axes du programme de M. Taleb-Ibrahimi, dont l’application nécessité, a-t-il dit, "des efforts sans limites, des hommes compétents et pleins d’abnégation".

M. Taleb-Ibrahimi a indiqué par ailleurs que pour se décider à entrer en lice dans la bataille des prochaines élections, il était devant un "choix difficile". "Sans doute le plus difficile de mon existence" a-t-il dit.

Il s’agissait, a-t-il expliqué, soit "d’entrer en compétition alors que les règles du jeu sont définies par l’autre partie, soit rester en dehors de l’arène et partant, rater une opportunité de contribuer à aider le peuple à se libérer des chaînes de la tutelle".

APS