ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Lutte contre le banditisme à Alger

 
La lutte contre le banditisme à Alger s’intensifie avec la mobilisation de près de 600 gendarmes dans la nuit de mercredi dans le cadre d’une descente-surprise qui a ciblé plusieurs communes de la capitale.
samedi 28 janvier 2006.

La gendarmerie renforce sa lutte contre la criminalité à Alger.Il s’agit de Zéralda, Douéra, Birtouta, Reghaïa, El-Harrach, Barraki, Rouiba, Dar-El-Beïda ainsi que la forêt de Baïnem. Au cours de cette cinquième opération du genre, pas moins de 515 personnes ont subi un examen de situation. Ces interpellations auront permis la capture d’individus recherchés par les services de sécurité, ainsi que l’arrestation d’autres citoyens pris en flagrant délit de consommation de drogue. Le port d’armes blanches prohibées et l’incitation de mineures à la débauche font également partie des prises réalisées ce jour-là.

Parmi les haltes observées, celle effectuée au complexe touristique, Zéralda, retient l’attention. Ce lieu, censé attirer les touristes, est plutôt fréquenté par des individus au profil douteux d’où la multiplication des cabarets et autres lieux de distraction. Scindées en petits groupes, les unités de la gendarmerie ont chacune pris en charge le contrôle des débits de boissons. Sur une terrasse, des personnes attablées avec des filles à peine nubiles attirent l’attention. Visiblement surprises par le crépitement des flashs et des feux des caméras, quelques-unes ne manquent pas de mettre sur leur tête la capuche de leur doudoune.

Pendant que leurs compagnons en état d’ébriété avancé sont fouillés, les demoiselles tentent de trouver des subterfuges pour expliquer la non-présentation de la carte d’identité nationale. Seule une fille a justifié une déclaration de perte, qui après vérification, s’est révélée périmée. Sur l’un des individus fouillés il sera trouvé un couteau à cran d’arrêt. Pendant ce temps, un autre couple est passé au crible. L’un des gendarmes qui tente de fouiller la femme est rappelé à l’ordre par son supérieur. « On ne fouille pas les femmes. Si elle a un sac à main prends le soin de le vérifier mais ne touche pas à la femme », lance le chef. Même scénario dans une taverne peu achalandée du front de mer. Le contrôle des présents n’a révélé aucune anomalie.

C’est le colonel Othmani, chef de l’état-major du groupement d’Alger, qui fera le bilan des opérations menées simultanément à Zéralda, Douéra, Birtouta, Reghaïa, El-Harrach, Barraki, Rouiba, Dar-El- Beïda et la forêt de Bainem. Au total 515 personnes ont subi des examens de situation. Parmi eux, 38 individus ont été retrouvés avec des armes blanches. 10 autres ont été appréhendés en flagrant délit de consommation de drogue, 9 en état d’ivresse sur les lieux publics. Un cas d’incitation de mineure à la débauche, 3 individus frappés par un mandat de justice, alors que le dernier est en rapport avec la vente illicite de boissons alcoolisées à proximité d’un lycée à Staouéli. Par ailleurs, 38 armes blanches ont été saisies ainsi que des quantités d’alcool, de barbituriques et de kif traité.

Synthèse de Kahina
D’après Le Soir d’Algérie