ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La réhabilitation des routes d’Algérie coûtera cher

 
La réhabilitation en Algérie des chemins communaux et voiries urbaines nécessitent 380 milliards de dinars, selon Amar Ghoul, le ministre des Travaux publics.
mardi 14 février 2006.

Les collectivités locales manquent de moyens pour l'entretien du réseau urbain et rural.M.Ghoul a souligné, dans ce cadre, que l’entretien du réseau routier algérien est l’affaire de tous et nécessite une mobilisation des moyens des autres secteurs en raison de l’incapacité des communes déshéritées à entretenir leurs chemins et voiries. Il a précisé au passage que le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales a collecté une vingtaine de milliards de dinars dans le cadre de la loi de finances complémentaire de 2005 pour l’entretien du réseau routier mais cela reste toujours insuffisant pour réhabiliter un réseau qui est sérieusement endommagé.

Selon les propos du ministre, rapportés par l’APS, la dégradation du réseau routier en Algérie est due à « l’agression quotidienne que subissent ces chemins de la part des usagers et des collectivités qui ne respectent pas toujours les calendriers de remise en état ». Le réseau routier urbain souffre particulièrement des travaux d’installation ou de réparation réalisés régulièrement par les sociétés de services (ADE, Sonelgaz, Algérie Télécom..) mais il y a aussi les branchements effectués par des particuliers.

La mauvaise qualité du bitume, le « rafistolage » et l’inexistence d’un personnel formé pour l’entretien du réseau routier sont d’autres facteurs aggravants. Mais le vrai problème c’est que l’entretien du réseau urbain et rural est confié aux collectivités locales qui manquent cruellement de moyens financiers et humains. Difficile de demander à une commune déshéritée de gérer un réseau routier quand on sait qu’un seul kilomètre linéaire coûte un milliard de centimes.

Par ailleurs, le ministre a annoncé l’entrée en service d’une nouvelle agence, l’Algérienne de gestion des Autoroutes (AGA), qui sera chargée de la gestion, l’exploitation et l’entretien du réseau autoroutier, particulièrement l’autoroute Est-Ouest, qui doit être achevée en 2009.

Synthèse de Mourad
D’après le Quotidien d’Oran