ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les enseignants de Kabylie en grève

 
Les écoles de Kabylie ont été paralysées, les enseignants ayant largement répondu à l’appel à la grève de l’intersyndicale.
lundi 20 février 2006.

La grève des enseignants a été massivement suivie en Kabylie.Les établissements scolaires de Kabylie ont massivement répondu à l’appel de l’intersyndicale qui a annoncé trois jours de grève en signe de protestation. Les enseignants, y compris ceux affiliés à l’Ugta, ont affiché ainsi leur adhésion au mot d’ordre. Les établissements étaient hier matin déserts de ce qui les rendaient joyeux et la tristesse infinie s’était abattue sur les écoles. Dehors les rues qui d’habitude tôt le matin étaient assaillies par les groupes d’enfants endimanchés, avaient, dans la matinée d’hier, présenté leur visage des jours fériés. Dans la Kabylie profonde le spectacle était le même.

Ainsi dans les communes de Maâtkas, des Ouadhias, de Boghni, de Draâ El Mizan ou encore de Aïn El Hammam et ailleurs les enfants sont restés chez eux et les enseignants ont tenu à se regrouper derrière l’intersyndicale. La Fnte, cette organisation de l’Ugta, semble ne pouvoir ni arrêter la grève et encore moins la décréter et ses rares encartés ont donc décidé dans leur large majorité de suivre le mot d’ordre de l’intersyndicale. du côté du fer de lance du mouvement, le Cnapest, M.Dali un membre du conseil national et du conseil de wilaya affirme que « pour cette première journée, l’action semble suivie à des taux remarquables comme c’est le cas à Iferhounène, Illilten, Tizi Ouzou, Draâ Ben Khedda et Beni Douala où les écoles primaires, les collèges et les lycées ont fermé leurs portes ».

Approché le secrétaire général de la direction de l’éducation affirme sans broncher que « le taux de suivi est différent d’un établissement à l’autre. Il y a des lycées qui ont continué à travailler normalement et d’autres qui ont suivi l’action » et le secrétaire général de citer les lycées de Tizi Gheniff et de Mekla où affirme-t-il « le travail est quasi normal ». Dans la daïra de Bouzeguène des écoles primaires et le lycée ont travaillé normalement alors que la grève est suivie partiellement dans les collèges. C’est la même situation à Tigzirt où le primaire a travaillé normalement alors que le mouvement est partiellement suivi dans les collèges et dans les lycées.

Synthèse de Kahina
D’après l’Expression