ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’AIEA propose son expertise à l’Algérie

 
L’Algérie et 13 autres pays africains font partie d’un projet régional de développement des capacités mobilisables, piloté par l’AIEA, pour faire face à un risque nucléaire ou radiologique.
jeudi 23 février 2006.

Le risque radiologique est la conséquence d'un accident survenu dans une installation nucléaire ou lors de transports de produits radioactifs.Scénario de l’exercice de simulation d’accident radiologique qui s’est déroulé à l’Unité nationale d’instruction et d’intervention de la protection civile à Dar El Beïda : collision entre un véhicule et un camion transportant des sources radioactives (cobalt et caesium). Il faut tout de suite coordonner les actions pour maîtriser l’incendie, délimiter les périmètres de sécurité, mettre en place le dispositif médical, alerter le public, prévenir rapidement les risques de contamination.

« La simulation et l’atelier qui a rassemblé 15 organismes et institutions sont organisés par le Commissariat à l’énergie atomique (COMENA) et la Protection civile. L’exercice vise à perfectionner la coordination entre les différents acteurs en cas d’urgence radiologique », explique Bradaï Kheira, sous-directrice Risques majeurs à la Protection civile et également coordonnatrice de projet avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Deux experts de l’AIEA ont assuré le suivi de cours qui ont débouché sur l’exercice d’hier.

L’Algérie, avec 13 autres pays africains, fait partie d’un projet régional de développement des capacités mobilisables pour faire face à un risque nucléaire ou radiologique. Projet piloté par l’AIEA. « Nous préférons parler d’urgences radiologiques, car l’Algérie n’est pas un pays nucléaire », indique M. Medjkane, responsable de l’information à la Protection civile. La menace nucléaire ne devrait provenir que du sud de l’Europe, hautement « nucléaire », avec l’implantation de plusieurs centrales nucléaires.

La Protection civile a installé un réseau d’alerte à travers ses unités côtières pour prévenir le risque de nuages radioactifs provenant du nord de la Méditerranée. La Protection civile a également équipé chaque unité de wilaya de contaminamètre, appareil servant à détecter les sources radioactives.

Synthèse de Samir
D’après El Watan