ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les multiples visages de l’islamisme en Algérie

 
La mouvance islamiste en Algérie ne désespère pas d’augmenter leur influence au niveau national, et ce, en organisant des meetings consacrés aux questions brûlantes de l’heure.
samedi 25 février 2006.

Pour Djaballah, l'Alliance qui regroupe le MSP, le FLN et le RND a laissé le peuple algérien dans l'ignorance.Jeudi après-midi et dans une salle du Centre culturel Al Khalifa à Constantine, archicomble, Djaballah a parlé pendant une heure et demie. Bien sûr, il a abordé les caricatures attentatoires à la personne du Prophète Mohamed (Qsssl), mais il a aussi évoqué longuement les textes de la loi portant réconciliation nationale. Comme pour le projet de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, Djaballah a, encore une fois, émis des réserves. C’est un « oui, mais » en quelque sorte, pour le leader d’El Islah, toute loi est sujette à des critiques. Et les textes de loi portant réconciliation nationale comportent des lacunes et des défaillances qui pourraient donner lieu à de graves problèmes. Selon Abdallah Djaballah, les textes de loi accordent trop d’importance aux « anciens terroristes et repentis ».

En un mot, Djaballah, tout en donnant l’impression de critiquer les lois, a fait montre d’une prudence excessive. Sans vraiment l’annoncer de vive voix, il a fait comprendre à l’assistance qu’il ne portait pas l’ex-AIS et l’ex-FIS dans son coeur. Comme il a toujours espéré récupérer une bonne partie de la base militante de l’ex-FIS, il s’est forcé cette fois aussi à réprimer, non pas sa haine, mais plutôt ses ressentiments à l’égard de tout ce qui porte la trace des « frères ennemis ».

Dans le même contexte, il n’a pas manqué de tirer à boulets rouges sur l’Alliance présidentielle en l’accusant de tous les maux imaginables. Selon lui, cette alliance n’a fait que tromper le peuple à propos de nombreuses questions, telles que le code de la famille, le code de la nationalité, la réforme de l’enseignement, etc. Pour Djaballah, l’Alliance qui regroupe le MSP, le FLN et le RND a laissé le peuple dans l’ignorance la plus totale. Il a dénoncé la corruption qui, selon lui, a pris des proportions inquiétantes. Il a violemment critiqué ce qu’il a appelé les « lobbies de la justice » en Algérie, mais comme à son habitude, il n’a cité aucun nom et n’a donné aucune indication.

Abordant la situation sociale, Djaballah n’a fait que reproduire ce qui se dit dans la rue. « Les richesses de l’Algérie ne profitent pas au peuple », a-t-il dit, sans plus. En un mot, il a dénoncé le processus d’accord avec l’OMC, l’Alliance avec l’Otan et les tentatives d’occidentalisation de la société algérienne. Quelle démocratie les USA veulent-ils appliquer aux Arabes ? Celle d’Abou Ghraib ou celle de Guantanamo ? s’est-il interrogé dans un discours très général.

Synthèse de Billal
D’après l’Expression