ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Des citoyens n’ont pas pu voter hier

 
De nombreux citoyens n’ont pas pu voter, hier, à Alger et dans ses environs faute d’avoir pu trouver leur nom sur les listes électorales. Quelques citoyens sont venus se plaindre, à notre rédaction, de ne pas avoir trouvé leur nom sur le fichier électoral de leur commune. Une dame d’un certain âge, Mme Aïcha H., n’a pas pu voter, à Sidi M’hamed.
vendredi 9 avril 2004.

« Je vote depuis toujours rien que pour pouvoir retirer mes documents administratifs. Je ne comprends pas pourquoi aujourd’hui je ne figure pas sur la liste. Il y a des noms qui ont été éliminés de la liste. Pourquoi ? On ne le sait pas. Sur quel critère ont-ils décidé de nous éliminer de la liste ? S’il y a des gens incompétents, nous n’en voulons pas », a-t-elle précisé. Et ce, alors qu’elle avait en sa possession sa carte d’électeur portant les cachets des cinq précédents scrutins, sa carte d’identité, sa facture d’électricité et même sa demande d’inscription sur le fichier électoral remise en janvier 2003, portant une adresse à Sidi M’hamed.

Un autre résident de Sidi M’hamed, Mohamed K., n’a pas pu participer au scrutin pour la même raison. « Je réside dans la commune depuis des années. Je me suis présenté au bureau de vote mais ils n’ont pas trouvé mon nom », a-t-il indiqué. Ce citoyen met en avant le fait qu’il n’a pas voté lors des précédents scrutins.

« C’est vrai ça fait dix ans que je n’ai pas voté. Mais est-ce que cela veut dire que je n’allais pas voter cette fois-ci ? » s’est-il interrogé. Apparemment, des résidants de la commune de Hussein Dey se sont retrouvés confrontés au même problème. Allam K. s’est plaint également de ne pas figurer sur le fichier. « Nous n’avons pas compris ce qui se passe. J’ai l’habitude d’aller voter dans le même bureau depuis des années. Il y a des personnes qui ont été éliminées de la liste et d’autres qui sont décédées y figurent », a-t-il déclaré.

A El Madania, Mokdad M. a trouvé, au niveau de l’école Abdelkrim-El-Agoun, que « quelqu’un d’autre avait voté à sa place ». Dans la commune de Bachdjarah, des citoyens ont eu les mêmes critiques. « Je suis allé voter mais il n’y avait pas mon nom, alors que celui de mes enfants y était. Apparemment, ils ont éliminé de la liste toutes les personnes nées en Kabylie », nous a déclaré M. Missoum.

Selon d’autres informations, une cinquantaine de femmes n’ont pu voter à l’école Ben-Othmane de Tipaza parce qu’elle « n’ont pu présenter de cartes d’électeurs », nous a indiqué, hier, par téléphone l’une d’elles. Malgré la présence de nombreux bureaux de requêtes, ces citoyens n’ont pas pu pour autant régler leur problème.

Samar Smati, Le Matin