ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Josep Borrell en Algérie

 
En visite officielle en Algérie, Josep Borrell, le président du Parlement européen, devrait notamment aborder avec les autorités algériennes la question de la liberté de la presse.
mardi 7 mars 2006.

Le président du Parlement européen, Josep Borrell.Josep Borrell doit rencontrer une brochettes de personnalités nationales représentant autant les hautes institutions de l’Etat, le monde du syndicalisme et de l’économie publique et privée, la société civile, les professionnels de la presse et autres acteurs de la société algérienne. Des rendez-vous qui ont leurs significations respectives et qui font de chaque relais, ainsi désigné, une source respectable d’informations, de lectures et de préoccupations, mais également le destinataire privilégié des dispositions et des perceptions européennes relativement à chaque compartiment de la vie sociale, politique et économique en Algérie.

D’ores et déjà, beaucoup de chemin a été parcouru avec l’Union européenne et l’étape de la ratification, par les Parlements des pays membres de l’Union, de l’accord d’association n’est pas des moindres, qui fait de l’UE un partenaire à part entière. Mais en dépit de la diversité des interlocuteurs algériens du président du Parlement européen, l’homogénéité de l’ensemble donne une portée politico-économique à cette visite, liant dans un rapport d’interdépendance des enjeux d’engagement économique et des enjeux de réalité politique en rapport avec les droits de l’homme et la liberté de la presse.

Il n’en demeure pas moins que c’est la réunion de Bruxelles qui focalise tout l’intérêt, d’autant que l’UE, comme l’Algérie, tient à en garantir le succès et la grande portée, pour ce qu’elle permettra de capitaliser de bonnes relations entre les deux partenaires. Dans un registre plus pratique, et dans le jargon même de Josep Borrell, « la réunion de coopération entre l’Algérie et l’Union européenne sera une occasion pour la mise en place des procédures pratiques des commissions techniques qui se chargeront de plusieurs volets, tels que l’éducation, l’émigration et la libéralisation des échanges commerciaux ainsi que la coopération dans la lutte contre le terrorisme et la libre circulation des personnes ».

Il est question, dans le cadre de cette réunion bruxelloise, de rechercher les moyens de consolider les relations entre notre pays et l’UE, après le fiasco de Barcelone, notre pays ayant déclaré son attachement à Barcelone, d’évaluer les symptômes et les effets de l’entrée en vigueur de l’accord d’association, mais aussi la polémique soulevée par la publication des caricatures blasphématoires. L’Algérie est très attendue par l’UE, sur l’amélioration, autrement plus poussée, de son environnement économique, identifie de plus en plus des interlocuteurs, en dehors des institutions de l’Etat en vue de rechercher les moyens de contribuer, à travers ces acteurs de la vie socio-économique, à pousser les processus de développement de cet environnement, notamment à travers un soutien direct à la mise à niveau des entreprises, etc.

Synthèse de Souad
D’après la nouvelle république