ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie : Les femmes peu présentes en politique

 
L’Algérie est classée 120ème au niveau mondial avec une faible présence des femmes dans les institutions politiques.
dimanche 26 mars 2006.

L'Algérie est classée à la 120e place dans le monde loin dernière la Tunisie et le Maroc.Lors d’une journée d’information organisée, hier, par le Centre d’information et de documentation sur les droits de l’enfant et de la femme (CIDDEF), à l’Institut national de santé publique (INSP) d’El- Biar, le professeur Amine Hartani, de la faculté de droit, a exposé les résultats d’une étude comparative réalisée dans les pays du Maghreb sur la représentation des femmes dans les institutions politiques, entamée en septembre dernier et qui a duré quatre mois.

Le professeur Hartani a signalé que l’étude proposée fournit toutes les pistes juridiques pouvant être rapidement choisies, arrêtées et appliquées par nos gouvernements, pour rendre le principe d’égalité politique entre les hommes et les femmes effectif en Algérie. Cette étude propose une solution juridique idéale. Compte tenu du caractère de suprématie des « Constitutions », c’est dans celles-ci, en réalité, que devraient être fixées les garanties nécessaires à des représentations plus égalitaires des femmes dans les institutions politiques du Maghreb.

« Les codes électoraux des trois pays ne reconnaissant que les candidats et ne faisant jamais mention de la responsabilité des partis politiques, il suffirait de mettre ces derniers devant leur responsabilité. Ce sont bien ces formations qui sont maîtresses, pour chaque élection, des désignations. Des aménagements nécessaires aux cadres juridiques régissant le régime électoral et le fonctionnement des partis politiques nationaux sont, comme le démontre cette étude, aisés à réaliser », a-t-il indiqué. Le professeur Hartani a noté, en outre, que « les femmes dans les trois pays du Maghreb sont exclues des organes de direction politique et leur représentation est plus symbolique que réelle.

Cette étude a démontré que l’Algérie est classée à la 120e place dans le monde en termes de représentation politique de la femme au sein du Parlement, avec ses deux chambres, loin dernière la Tunisie qui arrive en 36e position et le Maroc à la 94e place ». Selon M. Hartani, avec 24 femmes sur 389 députés à l’Assemblée populaire nationale (APN) et 4 femmes sur 144 sénateurs au Conseil de la nation, la participation de la femme est de 6,2 % pour l’APN et de 2,8 % pour le Conseil de la nation.

Synthèse de Mourad
D’après le Jeune Indépendant