ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Jacques Chirac jeudi à Alger

 
Une élection et ça repart ! Jacques Chirac est attendu, jeudi 15 avril, à Alger, pour une visite de travail de quelques heures. Officiellement, ce déplacement a été décidé au lendemain de la réélection de Abdelaziz Bouteflika pour un second mandat de cinq ans.
mardi 13 avril 2004.

En réalité, cette visite était déjà programmée depuis au moins quelques semaines. Liberté est, en effet, en mesure de révéler que les Français savaient que le président algérien sortant allait être réélu. Jacques Chirac aurait reçu des assurances de la bouche même du principal intéressé. “Lors de sa dernière visite à Paris, à la fin du mois de décembre, Abdelaziz Bouteflika paraissait sûr de sa réélection, alors que lors des précédents déplacements dans la capitale française, il avait souvent fait état de tensions avec certains décideurs militaires”, affirme une source proche de l’Élysée.

Dès décembre, plusieurs notes confidentielles transmises aux autorités estimaient que ce scénario était désormais inévitable. Elles évoquaient notamment un “deal” entre Abdelaziz Bouteflika et les décideurs militaires, plus particulièrement le général-major Mohamed Médiene, que les Français considèrent comme le personnage le plus influent de l’institution militaire.

“L’accord” entre les deux parties aurait été conclu à la fin du mois de novembre, après plusieurs mois de tension, durant lesquels certains chefs de l’armée, notamment le général de corps d’armée, Mohamed Lamari, avaient sérieusement songé à un remplacement du président sortant par son ancien Premier ministre, Ali Benflis. Seule inconnue pour les Français : la nature et les détails du “deal” et le taux avec lequel le président sortant allait être réélu. Autre incertitude : le scénario que les décideurs allaient mettre en place pour crédibiliser un scrutin joué d’avance.

Par moments, des informations en provenance d’Alger laissaient entendre qu’un second tour qui opposerait Abdelaziz Bouteflika à... Abdellah Djaballah était envisageable.

L’élection aurait alors pris l’allure d’un remake de la présidentielle française d’avril 2002 qui a vu Jacques Chirac réélu triomphalement à l’issue d’un duel avec le candidat d’extrême droite, Jean-Marie Le Pen. Mais dès la mi-mars, cette éventualité n’était plus évoquée à Paris. La diplomatie française était déjà dans la perspective de l’après-présidentielle, avec notamment la réponse à apporter à “l’Initiative pour un Grand Moyen-Orient”, lancée par les États-Unis, pour imposer les réformes dans les pays arabes, dont l’Algérie. Jeudi, Jacques Chirac et Abdelaziz Bouteflika parleront essentiellement de ce sujet.

L. G., Liberté

Le communiqué du ministère des Affaires étrangères Le président français, Jacques Chirac, effectuera, jeudi prochain, une visite d’amitié et de travail en Algérie à l’invitation du président Abdelaziz Bouteflika, a indiqué, hier, un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Le président de la République et son homologue français auront, à cette occasion, des entretiens qui porteront, notamment, sur les “relations bilatérales, la promotion du partenariat politique et économique qui unit les deux pays ainsi que les principales questions internationales d’intérêt commun”. Le président Jacques Chirac sera également l’hôte à déjeuner du président Abdelaziz Bouteflika, conclut le communiqué du ministère des Affaires étrangères.

APS.