ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie-Singapour : Goh Chok à Alger

 
En visite en Algérie, Goh Chok Tong, le ministre d’Etat (ministre senior) du Singapour, a été reçu par le chef du gouvernement algérien, Ahmed Ouyahia, au cours d’une rencontre où il était question de coopération entre les deux pays.
jeudi 6 avril 2006.

L'Algérie souhaiterait renforcer sa coopération avec Singapour, notamment dans les secteurs financier et bancaire.A la tête d’une importante délégation comprenant notamment le ministre d’Etat des Affaires étrangères, Zainul Abidin Rasheed, et le ministre d’Etat auprès du ministre du Développement national ainsi que nombre d’hommes d’affaires singapouriens, la visite du ministre senior du Singapour s’avère être capitale dans le tissage des liens bilatéraux comme en témoigne l’intérêt dévoilé par l’agenda de Goh Chok Tong, reçu également par plusieurs autres responsables algériens.

En somme, cette visite se présente en véritable rampe de lancement de liens économiques qui pourraient s’avérer étroits entre les deux pays. C’est dans cet esprit qu’a été projetée la création d’un conseil d’affaires pour hâter la promotion des échanges économiques entre l’Algérie et le Singapour. Après cette « prise de contact » et la diversification et brassage d’un tableau de bord algérien attractif, à l’occasion de la visite de Goh Chok Tong, les deux parties espèrent des voies de coopération et de partenariat fertiles à l’avenir. Il y a lieu de noter, à ce sujet, qu’une prochaine visite d’experts singapouriens dans divers domaines déterminera avec exactitude l’engagement de ce pays du Sud-Est asiatique à améliorer la présence de ses opérateurs et entreprises en Algérie.

Singapour, présenté par les membres de son gouvernement en visite en Algérie comme étant « l’un des pays les plus compétitifs au monde » et qui « veut maintenant pousser les limites de sa coopération jusqu’au Maghreb après avoir investi le Moyen-Orient », est connu mondialement pour être un acteur actif concernant essentiellement le volet financier et bancaire. Et l’Algérie, voulant engager de profondes réformes dans ce domaine à travers, selon le discours officiel, « la recherche de l’excellence et de l’expertise », constitue donc un terrain de choix pour les principaux investisseurs qualifiés en la matière.

Synthèse de Ahlem, algerie-dz.com
D’après la Tribune