ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie et les Etats-Unis renforcent leur coopération

 
La coopération entre l’Algérie et les Etats-Unis sera au menu des discussions entre Condoleeza Rice et Ahmed Bédjaoui, ce dernier effectuant une visite officielle de deux jours en Amérique.
mercredi 12 avril 2006.

Bush et Bouteflika sur la voie d'une plus grande coopération entre l'Algérie et les Etats-Unis.L’intérêt des Etats-Unis en Afrique du nord est certes prioritairement sécuritaire, mais il demeure qu’un tel objectif ne peut être atteint qu’à la condition de mettre à la disposition de l’Algérie les moyens de garantir sa propre stabilité sociale et économique. Et c’est sur ce terrain que les Etats-Unis peuvent supplanter la France qui, avec le report de la signature du traité d’amitié algéro-français risque d’y « laisser des plumes » en matière de plus-value économique, et de voir son influence sur le Maghreb et une bonne partie de l’Afrique se réduire davantage.

Le « volontarisme » américain tranche, en effet, avec une frilosité toute française qui fait perdre un temps précieux à Paris. Et pour cause, alors que les Américains semblent jouer franc jeu avec l’Algérie, tant sur le plan des relations bilatérales que sur les dossiers internationaux sensibles les Français sont encore à vouloir amener l’Algérie à s’engager dans un processus au seul bénéfice des intérêts de l’Hexagone. Le refus de voir l’histoire commune en face et solder les comptes de la période coloniale, témoigne d’une démarche « partiale » et manquant de la sincérité obligatoire à ce niveau des relations entre deux pays.

Force est de constater que depuis le 11 septembre 2001, les Etats-Unis « s’engouffrent » dans la brèche ouverte par la France et multiplient les initiatives pour occuper le terrain laissé en friche par une France assez peu solidaire de l’Algérie durant les années 90. Et pour preuve, les relations algéro-américaines, de l’aveu même du Medef international, connaissent une embellie historique dans les domaines économique, militaire, sécuritaire et politique. Une dynamique nouvelle qui a débouché sur une augmentation remarquable des échanges commerciaux, passés de 8,5 milliards de dollars en 2004 à plus de 11 milliards en 2005. Cela sans compter une diversification des investissements américains en Algérie.

Synthèse de Kahina, algerie-dz.com
D’après l’Expression