ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie fait un don aux Palestiniens

 
L’Algérie annonce qu’elle octroie un don de 35 millions de dollars à l’autorité palestinienne qui fait face à une crise financière en raison de la suspension des aides américaine et européenne.
jeudi 13 avril 2006.

Les occidentaux ont suspendu leurs aides aux palestiniens en réaction au refus du Hamas de reconnaître Israël.Contrairement à la majeure partie des pays membres de la Ligue arabe, qui tardent encore à verser leur quote-part du montant financier fixé pour venir en aide à l’Autorité palestinienne, le gouvernement algérien a rapidement rempli sa part du contrat. Fidèle à ses positions de soutien inconditionnel au peuple palestinien, l’Algérie n’a pas attendu longtemps pour assumer ses responsabilités en débloquant rapidement 35 millions de dollars au gouvernement palestinien.

Le montant versé par l’Algérie a permis à l’Autorité palestinienne de payer des dépenses et des salaires du mois de février, a indiqué M. Omar Abdelrazeq, le ministre des Finances. En dépit de l’apport de l’Algérie, le gouvernement palestinien est au bord de l’étranglement. “Nous avons besoin de 120 millions de dollars immédiatement pour payer toutes les dépenses urgentes”, a précisé le ministre.

Selon lui, les salaires du mois de mars des quelque 140 000 fonctionnaires, totalisant 118 millions de dollars, n’ont toujours pas été versés. Face à cette situation critique, Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, a repris hier son bâton de pèlerin pour une nouvelle tournée dans les pays arabes, commençant par le Maroc, pour insister auprès de ses pairs pour la concrétisation des engagements pris lors des sommets de la Ligue arabe d’Alger et de Khartoum. Le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, a réitéré avant-hier son appel aux membres de l’organisation réunis en sommet fin mars à Khartoum à “concrétiser” leurs promesses d’aide aux Palestiniens qui constitue un véritable cri d’alarme.

Synthèse de Samir, algerie-dz.com
D’après Liberté