ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie : le procès Khalifa en juillet

 
Ex-symbole de la réussite en Algérie, Rafik Khalifa aujourd’hui exilé en Grande Bretagne, sera au centre du procès de l’affaire dite Khalifa dont l’ouverture est prévue pour le mois de juillet prochain.
samedi 22 avril 2006.

Rafik KhalifaLe ministre de la Justice, Tayeb Belaïz, a précisé à ce propos que l’instruction sur l’affaire Khalifa « n’est pas (encore) terminée » et qu’elle est actuellement au stade de la « confrontation » entre les différentes personnes mises en cause dans cette affaire. Il ajoutera que le dossier de cette affaire « sera bientôt soumis à la chambre d’accusation qui se chargera de le renvoyer au tribunal ». S’il est maintenant sûr que l’affaire Khalifa sera jugée dès le début du mois de juillet prochain, reste cependant la question relative à l’extradition de l’ex-patron du groupe Khalifa qui se trouve actuellement en Grande-Bretagne.

Pour rappel, M. Belaïz avait précisé en marge de la dernière visite d’inspection du président de la République à Alger, que les discussions entre l’Algérie et la Grande-Bretagne pour l’extradition d’Abdelmoumène Khalifa, étaient « en cours » et que l’Algérie attendait une « réponse favorable ». Le ministre de la Justice avait souligné aussi que lors de ces discussions, la Grande-Bretagne n’a jamais demandé que des juges britanniques assistent notre pays au jugement d’Algériens suspectés d’activités terroristes. M. Belaïz répondait en fait, à des informations ayant circulé au mois de mars dernier, faisant état de conditions qui auraient été émises par les Britanniques pour la conclusion de l’accord d’extradition.

Le chef du gouvernement, M. Ahmed Ouyahia, avait pour sa part déclaré le 21 mars dernier, concernant les discussions sur l’extradition des présumés terroristes, que les négociations avançaient correctement. M. Ouyahia avait précisé que l’accord « porte sur l’offre et la demande », en d’autres termes, qu’il concerne les extraditions réciproques de personnes recherchées dans les deux pays, l’Algérie et la Grande-Bretagne, avant de souligner que « l’affaire Khalifa entrait dans ce cadre. »

Synthèse de ahlem, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran