ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie sollicite Washington sur Guantanamo

 
L’Algérie aurait sollicité l’administration Bush à propos des ressortissants algériens faits prisonniers dans la prison américaine de Guantanomo, selon des sources proches des services de Mohamed Bedjaoui.
jeudi 27 avril 2006.

L'utilité de la prison de Guantanamo est de plus en plus contestée à travers le monde.On sait, en outre, que le ministre des Affaires étrangères, Mohamed Bedjaoui a abordé le sujet avec ses interlocuteurs américains, lors de la visite récente effectuée à Washington. Des journaux américains spécialisés, qui avaient traité l’affaire des détenus ces derniers jours, avaient précisé que, hormis le cas des six Algériens livrés par les autorités bosniaques en 2002, les autres Algériens avaient été arrêtés soit au Pakistan, où ils disaient résider pour études en théologie, soit en Afghanistan, où ils disaient se trouver pour la plupart en tant que résidents temporaires après la fin de la guerre russo-afghane et qu’ils n’étaient pas des combattants.

Il y a quelques mois, Stephen H.Oleskey et Peggy-Kuo, avocats américains des six Algériens, dont quatre sont également de nationalité bosniaque, détenus depuis trois ans dans la base américaine de Guantanamo Bay, ont fait appel aux autorités algériennes et bosniaques pour les aider à les libérer. Selon le quotidien Al Sharq Al Awsat, les deux avocats ont déjà rencontré à Sarajevo, des avocats, des juges, des procureurs généraux et des hommes politiques ayant eu à traiter des dossiers des six Algériens livrés aux Américains en janvier 2002, pour leur demander de contribuer à leur libération. Stephen H.Oleskey et Peggy Kuo ont déclaré avoir rendu visite aux prisonniers en décembre dernier. Ces derniers leur ont fait part de leurs souffrances et de leur souhait de « retourner rapidement en Bosnie ».

A ce jour, les autorités américaines n’ont pas justifié l’arrestation des « six Algériens de Guantanamo » (Bensayah Belkacem, Hadj Boudellaâ, Saber Lahmar, Mustafa Aït Idir, Boumediène Lakhdar et Mohamed Nechle). Soupçonnés d’appartenir au réseau terroriste Al Qaîda, ils sont détenus sans inculpation ni jugement. Guantanamo n’aura servi qu’à couvrir Washington d’impunité et de faire de cette base américaine une sorte de « no man’s land juridique » de la néo-décadence.

Synthèse de Mourad, algerie-dz.com
D’après l’Expression