ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie saluée pour sa lutte contre le terrorisme

 
Les efforts de l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme ont été salués par le département d’Etat américain dans son rapport sur le terrorisme dans le monde en 2005.
dimanche 30 avril 2006.

Le rapport du département d'Etat américain est un appui à la démarche politique de l'Algérie dans le domaine de la lutte contre le terrorisme.Publié vendredi soir par le département d’Etat américain, le document attribue des points positifs aux autorités algériennes. « Les officiels condamnent publiquement le terrorisme international et font la distinction entre ce phénomène et le droit des peuples à la résistance », lit-on dans le rapport. Cette position n’a pas été stigmatisés même si, faut-il le remarquer, les Américains ont encore une fois classé les organisations palestiniennes sur la liste des groupes terroristes.

La promulgation de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale a permis la reddition de terroristes et leur réintégration dans la société. Le rapport remarque « l’exclusion des personnes impliquées directement dans des crimes de sang et de viol ». Même si les Américains notent que « le gouvernement algérien n’a pas apporté de détails sur les mécanismes légaux pour l’application de la charte », ils relèvent que cette démarche, accompagnée de la lutte sur le terrain, a permis de « réduire de manière très sensible la situation sécuritaire dans le pays » et à « affaiblir l’efficacité des groupes terroristes appartenant au Gspc ».

Cette première réaction US par rapport à la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, à ce niveau de responsabilité, témoigne d’un soutien au processus politique adopté par l’Algérie pour la sortie de crise. Le département d’Etat estime donc positif le double traitement, politique et sécuritaire, algérien du phénomène du terrorisme. S’appuyant sur les chiffres communiqués par les autorités algériennes, le rapport note que le nombre des terroristes a été réduit à 800 contre 28.000 en 1990. Une « prouesse » mise sur le compte d’une approche innovante en matière de gestion de la violence politique.

Synthèse de Mourad, algerie-dz.com
D’après l’Expression