ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’amiante tue en Algérie

 
L’urgence de l’éradication en Algérie des déchets toxiques non recyclables s’impose pour protéger l’environnement mais aussi la santé des citoyens.
jeudi 4 mai 2006.

Entre 1982 et 1997, 123 maladies dues à l'amiante ont été répertoriées au titre de maladies professionnelles en Algérie.Parmi les déchets ciblés par l’opération, l’amiante qui constitue un véritable danger pour la santé des citoyens. Sur ce point précis et selon des sources du ministère de l’Environnement, citées par l’APS, sur 67 déclarations de maladies professionnelles, il a été relevé 6 cancers et 5 décès dûs à l’amiante. Dès le début de l’année 2006, M. Cherif Rahmani avait annoncé l’intention de son département de « s’attaquer » aux produits toxiques non recyclables. Le 07 janvier dernier, lors d’une conférence de presse, le ministre de l’Environnement avait annoncé que les 2 années à venir (2006-2007) seront consacrées à l’élimination de différents déchets spéciaux estimés à 2 millions de tonnes, au niveau de toutes les entreprises et espaces les produisant et les stockant en Algérie.

M. Rahmani a réitéré, lors de cette conférence de presse, en présence des cadres du ministère, l’engagement de son département ministériel à éliminer tous les déchets spéciaux nocifs à la santé du citoyen et à l’environnement. Il avait, dans le même contexte, insisté sur la nécessité d’appliquer la loi relative à la gestion des déchets, classés par cette même loi en trois catégories. Pour cette année le programme du ministère de l’Environnement prévoit l’élimination de près d’un million de tonnes de déchets mercuriels et plus de 450.000 tonnes de boues de lixiviats de zinc qui sont stockées d’une manière inappropriée.

Les services du ministère auront aussi à éliminer plus de 2.360 tonnes de produits phytosanitaires et 1.200 tonnes de produits pharmaceutiques périmés. Chaque année, l’activité industrielle, génère plus de 325.000 tonnes de déchets, alors même que les services du ministère affirment que plus de 2 millions de tonnes de déchets sont toujours stockés. Les wilayas d’Alger, Oran, Béjaïa, Skikda, Annaba et Tlemcen, où sont concentrés les générateurs de déchets, produisent à elles seules, 87% des déchets spéciaux et détiennent 95% des déchets stockés. Ces produits qui constituent une nuisance potentielle et permanente pour l’environnement et la santé publique doivent être gérés et éliminés de façon écologique par l’utilisation d’incinérateurs, souligne les mêmes sources.

Synthèse de Rayane, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran